Comment les syndicats comptent faire échouer la réforme des retraites

SOCIAL La première étape aura lieu avec la mobilisation du 7 septembre prochain...

E.M.

— 

Les syndicats défilaient à Paris, jeudi 27 mai 2010, contre la réforme des retraites du gouvernement.
Les syndicats défilaient à Paris, jeudi 27 mai 2010, contre la réforme des retraites du gouvernement. — REUTERS/Gonzalo Fuentes

Tous les syndicats se sont réunis ce lundi après-midi pour préparer la mobilisation contre la réforme des retraites.
 
Le premier round aura lieu avec une grève interprofessionnelle le 7 septembre prochain, jour de l‘examen du texte par l’Assemblée nationale. Mais les huit organisations syndicales ne comptent pas s’arrêter là.

Rassembler le 7 septembre

Même si Nicolas Sarkozy assure qu’il ne reculera pas sur la réforme,  pour les syndicats, rien n’est joué. «Nous avons l’habitude d’entendre les hommes politiques affirmer haut et fort, avant un mouvement social, qu’ils ne changeront pas leur position», a déclaré François Chérèque, secrétaire général de la CFDT.
 
L’objectif sera d’abord de faire mieux que lors du précédent rassemblement contre les retraites en juin dernier. Entre 800.000 et deux millions de personnes s’étaient alors mobilisées à travers toute la France. 
 
Et la grève devrait être suivie.  Le Snes-FSU, premier syndicat des collèges et lycées, a appelé à la mobilisation. Des préavis ont aussi été déposés à la RATP, la SNCF et France Telecom.

Nouvelle mobilisation en octobre?

Mais si l’enjeu principal est de rassembler pour faire pression sur l’exécutif, il est aussi de préparer les suites à donner à la mobilisation. Car la réforme des retraites ne doit être votée qu’à la mi-octobre au Sénat. Le gouvernement parie donc sur un essoufflement du mouvement ainsi que sur une résignation des Français.
 
«Le 7 septembre ne suffira pas. Si on veut obtenir satisfaction en matière de retraite comme sur d'autres dossiers, il faudra un rapport de force plus fort», a ainsi déclaré le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly le 14 août dernier dans un entretien-vidéo au site du journal Le Figaro. Une nouvelle journée de grève interprofessionnelle pourrait ainsi être organisée dès octobre.

Dissensions internes

Et pour peser plus lourd encore, les syndicats veulent aussi élargir leur combat à d’autres sujets que celui des retraites. Dans leur ligne de mire, le plan de rigueur annoncé par le gouvernement qui doit être débattu à l’automne au Parlement.
 
Mais cette stratégie pourrait se heurter à un problème de taille: les dissensions au sein de l’intersyndicale.  Même si FO a finalement rejoint le collectif, il maintient son exigence de retrait du projet de loi sur les retraites. Les autres syndicats, au contraire, demandent à ce que le texte soit seulement réécrit.