La Cnil surveille de près les futurs compteurs électriques «intelligents»

ÉNERGIE ls permettront d'avoir accès à des informations très précises sur les occupants d'un logement...

E.M. avec AFP

— 

"Linky", le nouveau compteur électronique "communicant" appelé à remplacer les 35 millions de compteurs électriques équipant les foyers français, a été présenté mercredi à Tours où il sera expérimenté dès mars 2010.
"Linky", le nouveau compteur électronique "communicant" appelé à remplacer les 35 millions de compteurs électriques équipant les foyers français, a été présenté mercredi à Tours où il sera expérimenté dès mars 2010. — Alain Jocard AFP

Les Français verront bientôt arriver chez eux des compteurs électriques «intelligents», capables de collecter des informations très précises sur leurs habitudes de consommation.

Mais la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) veille: elle souhaite que leur installation soit assortie de garanties sur la sécurité et la confidentialité de ces données.

Double avantage

Ces nouveaux types de compteurs sont actuellement en cours d’expérimentation. Ils ont pour objectif de relever quasiment en temps réel la consommation électrique d’un ménage et de la transmettre au distributeur.

L’avantage est double pour l’usager. Le dispositif lui permettra d’abord de gérer à distance avec son fournisseur d’électricité certaines opérations comme les relevés de consommations, les changements de puissance ou les clôture de contrat.  Il devrait aussi lui faire économiser de l’argent grâce à une mesure très précise de sa consommation électrique.

Informations personnelles

Pour la Cnil, ces compteurs «intelligents», vont cependant aussi  «permettre de déduire des informations très personnelles sur les habitudes des usagers», observe-t-elle dans une fiche publiée début août sur son site internet.

Les fournisseurs seront ainsi au courant de toutes les habitudes des occupants d’un logement: heure de réveil, présence au domicile ou moment où ils prennent leur douche. Ces compteurs communicants peuvent également agir directement sur l'installation électrique. Et donc couper l’alimentation à distance, via une interface web.

Autant de risques qui poussent la Cnil à exiger des fournisseurs «des garanties sérieuses sur la sécurisation de ces données et leur confidentialité». L’organisme promet en tout cas de suivre «avec attention» le développement de ces systèmes.

Données cryptées

ERDF (Electricité Réseau Distribution France) n'a pas tardé à répondre dans le but de dissiper les craintes de la Commission. L'entreprise a assuré a  dans un communiqué, que «toutes les données de consommation sont cryptées», ce qui permet de «garantir la protection de ces informations personnelles»

«Ce cryptage préservera le système des attaques malveillantes», précise encore ERDF qui ajoute que «chaque agent est tenu au respect d’un code de bonne conduite par lequel il s’abstient de communiquer les informations personnelles ou commercialement sensibles à des tiers non autorisés». In fine, le client restera le seul propriétaire de ses données de consommation qui ne peuvent être «communiquées à son fournisseur d’électricité qu’avec son plein accord», selon ERDF.