Les prix de l'assurance automobile vont repartir à la hausse dès 2011

AUTOMOBILE Ils pourraient en moyenne augmenter de 3 à 5%, selon le journal Les Echos...

E.M.

— 

Des automobilistes circulent au ralenti sur la rocade  de Bordeaux le 1er août 2009.
Des automobilistes circulent au ralenti sur la rocade de Bordeaux le 1er août 2009. — AFP PHOTO / PIERRE ANDRIEU

Les automobiles vont devoir mettre la main au porte-monnaie l’année prochaine. Les primes d’assurance pourraient augmenter en moyenne de 3 à 5%, selon des informations publiées jeudi par le journal Les Echos. Et la hausse ne fait que commencer: l’objectif serait d’atteindre une augmentation de 8 à 9% d’ici à 2013.

Mais rien n’est encore acté. «Il faudra attendre la publication des données du deuxième trimestre 2010, à la fin du mois, pour connaître la politique tarifaire des assureurs», explique à 20minutes.fr la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA).

«Certains assureurs vont sûrement augmenter leurs prix tandis que d’autres vont les geler ou les baisser pour avoir un effet d’attractivité. Beaucoup de consommateurs ne devraient voir aucune différence sur leur facture », nuance la FFSA.

Fin  des baisses de prix

C’en est donc cependant fini des baisses de prix de l’assurance automobile. Même si tous les assurés ne l’ont pas vu sur leur facture, les tarifs ont en moyenne diminué de 0,5 % à 1 % par an entre l'été 2004 et le début 2010.

Mais ces derniers mois, les primes sont reparties à la hausse. Le comparateur Assurland a ainsi constaté une augmentation de 4 % en rythme annuel en avril et de  1,2 % en juillet de son indice des prix en assurance automobile des particuliers (Ipap). 

Se refaire une santé

L’envolée des tarifs à partir de l’année prochaine n’a rien à voir avec un nombre d’accidents plus élevé sur les routes. «Au premier semestre 2010, le nombre de tués sur les routes (1.786) a reculé de 10,6 % par rapport à la même période de l'an dernier, tandis que le nombre de blessés et d'accidents corporels diminuait de 18,1 % et 15,3 % respectivement», explique ainsi l’article.

La raison est bien plus simple: les assureurs veulent se refaire une santé après une très mauvaise année 2009. Le ratio combiné, indicateur phare de la profession, qui calcule le rapport entre les sinistres et coûts et le montant des primes, a atteint l’année dernière son pire niveau depuis 1998.

Trois raisons expliquent cette chute pour les professionnels. Le secteur a pâti des événements climatiques à répétition, ce qui a augmenté la demande de réparations. Or, les coûts moyens de ces réparations ont connu une hausse annuelle de 3 à 4% ces dernières années.

Avec la baisse des prix de l’essence, les automobilistes ont aussi roulé davantage et les comportements sur la route se sont enfin relâchés.  Résultat, il y a eu l’année dernière plus d'accidents avec des dégâts matériels  et un recul très modéré des accidents corporels.

«Tous les indicateurs restent au rouge»

«Le problème est que 2010 ne s'annonce pas meilleure. Tous les indicateurs restent au rouge», constate la Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA), citée par Les Echos.  

Le chiffre d’affaires de l’assurance automobile a toutefois repris des couleurs en ce début d’année. Selon la FFSA, il était en hausse de 2% fin mai.