2010, année de la reprise pour le tourisme en France

TOURISME Le secteur affiche des perspectives favorables...

E.M.

— 

Plage de Biscarosse en France.
Plage de Biscarosse en France. — TRAVERS/SIPA

Après une année difficile, le tourisme va repartir en 2010. Le secrétaire d'Etat au Tourisme, Hervé Novelli l’a assuré ce jeudi et table sur une augmentation de la fréquentation de 10 à 15%.

Fréquentation en hausse

«J'ai la conviction que l'économie touristique démontrera après son extraordinaire capacité de résistance en 2009, qu'elle sera la première économie à sortir de la crise en 2010», a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse.

Selon les estimations du baromètre TNS-Sofres/Atout France pour les six premiers mois de l'année, la fréquentation des Français a déjà augmenté de 12%, retrouvant son niveau du premier semestre 2008.

«Cette croissance prend appui sur une bonne fréquentation de la montagne en hiver, une nette reprise de la fréquentation à Paris, une bonne performance des vacances de printemps et un redémarrage des voyages professionnels », a-t-il expliqué.

Retour des touristes étrangers

En ce qui concerne les touristes étrangers, le nombre de leurs voyages a augmenté de 5,5% en ce début d’année. Une hausse qui s’explique avant tout par le retour des clientèles britanniques, allemandes et néerlandaises ainsi que par une forte croissance des touristes russes (+24%).

Autre bonne nouvelle: la baisse de l’euro par rapport au dollar laisse présager une hausse de la clientèle américaine.

L’été 2010 devrait donc être un bon cru pour le tourisme selon ce baromètre. Les perspectives de séjour sont en hausse de 18% en juillet et de 7% en août pour les Français. Les Européens des cinq premiers pays visitant la France (Grande-Bretagne, Allemagne, Espagne, Belgique, Italie et Pays-Bas) ont aussi des intentions de départs en croissance de 23% en juillet et de 10% en août.

Budget serré

Petit bémol cependant: le budget des touristes reste très serré. «On ne sacrifie pas ses vacances mais on fait des arbitrages pour rester dans des budgets préétablis», a souligné Hervé Novelli.

Les dépenses par nuitées ne sont ainsi en hausse que de 3% pour les Français sur le premier semestre et ont reculé de 11% pour les cinq premières clientèles européennes.