— POUZET / SIPA

CONSOMMATION

Téléphoner sur son portable et surfer à l'étranger va coûter moins cher

Les prix à l'intérieur de l'Union européenne vont baisser dès le 1er juillet...

Terminées les mauvais surprises sur sa facture de téléphone portable après un voyage à l’étranger? Les prix des communications dites en «itinérance», à l’intérieur de l’Union européenne, vont en tout cas une nouvelle fois baisser à compter du 1er juillet.

De 10% à 20% de baisse

Le tarif maximum autorisé pour passer un appel depuis l'étranger sera ramené à 0,39 euro la minute, hors TVA, contre 0,43 euro jusqu’à présent, soit une baisse de 10%. Pour recevoir un appel, le prix tombera d’un peu plus de 20%, de 0,19 à 0,15 euro.

La notification de réception d'un nouveau message vocal deviendra, quant à elle, gratuite. L'écoute du message sera en revanche toujours payante et le coût de l’envoi d’un SMS restera à 11 centimes par message.

Surfer moins cher

Bruxelles veut aussi éviter aux Européens des factures astronomiques quand ils surfent sur Internet pendant leurs vacances, via un ordinateur ou un téléphone portable.

Les clients pourront désormais fixer une limite après laquelle leur connexion sera coupée automatiquement. Par défaut, le seuil est aujourd’hui de 50 euros hors TVA. Les opérateurs devront dans tous les cas envoyer un premier avertissement quand la consommation atteindra 80% du maximum prévu.

Les prix de gros pour les données transmises par un réseau de téléphonie mobile à l'étranger vont enfin baisser, à 0,80 euro maximum par mégaoctet, contre 1 euro auparavant.

Guerre contre les prix

Depuis 2005, la Commission européenne mène une guerre contre les factures exorbitantes lors de l’usage d’un téléphone portable à l’étranger. En cinq ans, elle a déjà obligé les opérateurs à baisser leurs prix de 73% en moyenne.

Et Bruxelles ne veut pas en rester là. «La plupart des opérateurs proposent des prix de détail qui avoisinent toujours les plafonds réglementaires» maximum a regretté la commissaire européenne chargée des télécoms, Neelie Kroes, dans un communiqué.

«Davantage de concurrence sur le marché européen de l'itinérance offrirait donc un plus grand choix et de meilleurs tarifs aux consommateurs», a-t-elle estimé.

La Commission doit évaluer d'ici fin juin 2011 si les mesures prises jusqu’ici sont suffisantes. Son objectif: faire que la différence de prix entre une communication mobile nationale et une communication mobile en itinérance à l'étranger s'approche de zéro d’ici à 2015.

Et vous, avez-vous déjà eu une mauvaise surprise sur votre facture téléphonique après un séjour à l'étranger?