La culture de la débrouille sur les sites de ventes privées

CONSOMMATION Les consommateurs ont développé leur culture de la débrouille sur les sites de ventes privées. De quelle manière?...

Capucine Cousin

— 

Vente Privée prévoit de réaliser 130 recrutements d'ici à la fin de l'année.
Vente Privée prévoit de réaliser 130 recrutements d'ici à la fin de l'année. — S. ORTOLA / 20 MINUTES

Vente-Privée.com, BazarChic.com, Brandalley… Les sites de ventes événementielles ont fleuri sur la Toile, et sont entrés dans le quotidien des consommateurs.

Le principe, initié par Jacques-Antoine Grangon lors du lancement de Vente-Privée en 2001, est connu: le site écoule des invendus d’anciennes collections de grandes marques, ou sert de tremplin pour des jeunes marques. Et ce sur des périodes limitées, de quelques jours, dans des domaines variés (textile et accessoires, déco, high-tech, jouets…). Seuls les membres du site peuvent y accéder, et sont prévenus à l’avance par e-mails des ventes.

Les soldes désacralisées?

Du coup, le consommateur lambda a pris l’habitude de faire, en quelque sorte, ses soldes perso toute l’année. Au risque de cannibaliser sur les sacro-saintes soldes classiques, comme les soldes d’été qui s’ouvrent ce mercredi?

Pas forcément: «Les sites de ventes privées s’inscrivent dans une logique de bons plans, d’élargissement de l’offre, où l’internaute prend l’habitude de comparer les prix en ligne. Mais cela ne va pas cannibaliser les soldes, qui restent un rituel», modère Marc Lollivier, président de la Fevad (Fédération des Entreprises de Vente à Distance).

En clair, ces sites n’atténueront pas le plaisir des consommateurs à se ruer en masse dans les boutiques et à y partir à la pêche aux bonnes affaires. «Les mêmes vont dans les magasins et sur Internet», poursuit Marc Lollivier.

La recherche de la bonne affaire

Mais clairement, ces sites de ventes privées ont affûté les sens des internautes pour décrocher la bonne affaire, le bon plan. «Internet a amplifié l’offre, la concurrence entre les marques est plus forte, la comparaison plus facile», ajoute Marc Lollivier.

Les secteurs privilégiés? Les premières années de Vente-Privée.com, le site «plantait» régulièrement lors de ventes de vêtements de marques, ou de maroquinerie haut de gamme. Ce qui reste en partie vrai: «Les marques de jeans, les chaussures, la maroquinerie, les parfums… sont nos meilleures ventes», souligne Sven Lunj, fondateur de Brandalley.

Tous les secteurs sont concernés

Mais les consommateurs commencent à appliquer ces achats d’opportunités dans tous les secteurs. «La high-tech, les voyages, l’alimentation, et même le vin fonctionnent très bien», ajoute Marc Lollivier. Pour preuve, CDiscount.com, racheté récemment par le groupe Casino, vient de se lancer lui aussi dans la vente en ligne de vins.

Au point que «certaines marques commencent à créer des sous-marques dédiées aux sites de ventes privées, comme Paul & Joe Sister, qui a abouti à la marque Pretty», remarque Sven Lunj.

D’ailleurs, les sites de e-commerce old school comme Orange ou La Redoute se lancent aussi, à leur manière, dans les ventes-flash.

Achats d’impulsion

Comment achètent les internautes sur ces sites? S’ils prennent le temps de réfléchir et de comparer sur les sites de e-commerce classiques, sur les sites de ventes privées, «on est dans l’achat d’opportunité, d’impulsion, où il faut être très rapide pour avoir sa taille, sa couleur…», ajoute Marc Lollivier. Quitte à renvoyer par la suite l’article, ou à le revendre sur eBay.

>> Et vous, êtes-vous devenu accro aux sites de ventes événementielles en ligne? Ou est-ce que cela pousse à la consommation à votre avis?...