Garden-party annulée au ministère de l'Intérieur, de l'Outre-mer et dans les préfectures

GARDEN-PARTY Brice Hortefeux l'a annoncé mardi dans un communiqué...

E.M. avec AFP

— 

La garden-party de l'Elysée le 14 juillet 2009.
La garden-party de l'Elysée le 14 juillet 2009. — WITT/SIPA

Après l’Elysée, c’est au tour du ministère de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des préfectures et sous-préfectures d’annuler leur garden-party du 14 juillet prochain.

«Contraintes budgétaires»

«Compte tenu des contraintes budgétaires et dans le souci d'un État exemplaire voulu par le président de la République, j'ai décidé que le ministère de l'Intérieur n'organiserait pas, cette année, de garden-party à l'occasion du 14 juillet, place Beauvau», a annoncé mardi le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, dans un communiqué.

«En accord avec Marie-Luce Penchard, il en sera de même au ministère chargé de l'Outre-mer», a-t-il ajouté. «J'ai aussi donné instruction lundi aux préfets de ne pas organiser de réceptions à l'occasion du début de la saison estivale ou de la fête nationale. Cela vaudra pour toutes les préfectures et les sous-préfectures de France», a terminé le ministre.

Réceptions réduites au strict minimum

L’Elysée a annulé sa traditionnelle garden-party du 14 juillet la semaine dernière pour cause de rigueur nationale.

Dans une lettre adressée à François Fillon, Nicolas Sarkozy a demandé lundi la mise en œuvre de mesures pour réduire «vigoureusement» le train de vie de l'Etat. Parmi les économies à faire, le président de la République souhaite notamment que les réceptions, célébrations et manifestations des ministères soient réduites au «strict minimum».

Garden-party maintenues

Mais tous les ministres ne comptent pas suivre les recommandations présidentielles. Si celle du Quai d’Orsay est supprimée, le ministère des Affaires étrangères compte maintenir les garden-party dans les consulats et ambassades.

«Le 14 juillet est un rendez-vous important, occasion exceptionnelle de promotion, de rayonnement de la France, qui fait écho à une attente partout dans le monde», a fait valoir vendredi dernier le porte-parole du ministère, Bernard Valero.

Même son de cloche du côté du ministère de la Défense. Hervé Morin compte conserver sa garden-party du 13 juillet. «C'est la simple reconnaissance de la nation à des hommes capables de risquer leur vie pour elle», explique-t-on.

Y sont conviés «les militaires qui ont été blessés sur des théâtres extérieurs, les familles des soldats morts, les anciens combattants». Soit en tout quelque 2.000 à 2.500 personne pour un coût de 80.000 euros, précise-t-on dans l'entourage du ministre.