Le gel des salaires des fonctionnaires se profile

FONCTION PUBLIQUE Le gouvernement entretient le mystère mais les salaires pourraient être gelés cette année...

E.M.

— 

Eric Woerth , ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction Publique, le 18 juin 2010 à Paris.
Eric Woerth , ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction Publique, le 18 juin 2010 à Paris. — E. DESSONS/SIPA

Le gouvernement ne s’avance ni dans un sens ni dans l’autre. Mais le gel des salaires des fonctionnaires se profile à l’horizon.

Une chose est sûre en tout cas: le point d’indice, qui sert de base de calcul à la rémunération dans la fonction publique, ne sera pas revalorisé au 1er juillet prochain. Et il risque bien de passer à la trappe pour cette année et celles qui viennent.

Le suspense reste entier

«Le pouvoir d'achat des fonctionnaires, on le préservera en 2010», a affirmé le ministre du Travail, Eric Woerth, Interrogé au Grand jury RTL/Le Figaro/LCI.  

Mais il ne s'est pas engagé formellement à augmenter le point d'indice des fonctionnaires de 0,5% au 1er juillet, comme initialement prévu.

«Il y a eu une crise depuis, c'est un engagement qui date de 2008», a-t-il rappelé. «Je ne dis pas que je ne le tiendrai pas (l'engagement)» mais «je voudrais que ce sujet vienne avec les autres sujets, 2011 par exemple, que fait-on en 2011 ?», a-t-il poursuivi.

Comme François Fillon vendredi dernier, Eric Woerth a donc laissé planer le suspense. Mais il semble préparer le terrain, et les esprits, à un gel des salaires cette année.

Négociations salariales

Car le ministre souhaite que les négociations salariales dans la fonction publique qui se sont ouvertes la semaine dernière ne se focalisent pas uniquement sur le point d’indice. «La feuille de paye d'un fonctionnaire, c'est le traitement indiciaire, c'est aussi les primes, les avantages sociaux, c'est tout cela», a-t-il expliqué.

Les huit syndicats de fonctionnaires ne l’entendent pas de cette oreille. Ils ont claqué la porte vendredi de la première réunion des négociations salariales en signe de protestation.

Gel jusqu’en 2013?

Ils veulent négocier des augmentations générales de salaire, qui s'effectuent par la revalorisation d'un point d'indice, alors que le gouvernement parle de «salaire moyen», incluant primes, promotions et heures supplémentaires, qui ne bénéficient pas à tous les agents.

Les syndicats craignent aussi que le gel de l’indice se poursuive jusqu’en 2013, date à laquelle le gouvernement a promis de ramener le déficit sous la barre des 3% du PIB. Des rumeurs circulaient la semaine dernière sur une volonté de Bercy et Matignon de ne pas augmenter les rémunérations dans la fonction publique d’ici là.