Christine Lagarde demande «une pause» dans la hausse des prix du gaz

ÉNERGIE epuis le début de l'année, les tarifs ont augmenté de 15%...

E.M.

— 

C.PLATIAU / REUTERS

Face aux prix du gaz qui s’envolent, la ministre de l’Economie Christine Lagarde a demandé ce vendredi «une pause» jusqu'au 1er janvier 2011. Elle souhaite vérifier que la formule de calcul des tarifs ne pénalise pas les consommateurs.

Car la colère gronde. Après une hausse de 10% le 1er avril dernier, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a autorisé jeudi GDF Suez à augmenter ses tarifs au 1er juillet. Les prix du gaz ont donc été relevés de 15% depuis le début de l’année.

Conclusions en septembre

«Je souhaite que la CRE fasse un audit de cette formule parce que je suis assez surprise de la rapidité d'exécution et j'aimerais bien qu'à la suite de cet audit, on détermine si la formule est bonne», a déclaré la ministre au micro de France Inter.

«D'ici là, je souhaite que les tarifs restent inchangés, c'est à dire que jusqu'au 1er janvier, on fasse une pause complète dans l'examen de toute mesure supplémentaire tant que les résultats de l'audit ne sont pas fournis», a ajouté Christine Lagarde.

La CRE a déjà annoncé au mois de mars un audit de la formule qui permet de calculer le prix du gaz. Elle doit rendre ses conclusions en septembre.

La formule de calcul contestée

Cette formule détermine le prix du gaz en fonction de son coût d'approvisionnement pour GDF Suez, lui même déterminé en fonction du prix du baril, et crée de fait un alignement du gaz sur le pétrole.

Mais les prix du gaz naturel sur les marchés de gros sont de plus en plus déconnectés des prix du baril, du fait d'une surproduction de gaz naturel au niveau mondial et de la fin du règne du pétrole.

La formule de calcul est donc très contestée par les associations de consommateurs. La plupart estime qu’il n’y a plus de justification économique à l’indexation des prix du gaz sur ceux du pétrole. Et que des économies substantielles pourraient être faites sur les coûts d’approvisionnement de GDF Suez pour réduire la facture des Français.