deux millions contre les 62 ans

gilles wallon

— 

La mobilisation était moins forte que lors des manifestations anticrise de 2009.
La mobilisation était moins forte que lors des manifestations anticrise de 2009. — S. POUZET / 20 MINUTES

« Autour des deux millions. » Le pari des syndicats semble réussi. Hier, dans toute la France, la plus forte manifestation de l'année s'est tenue contre le projet de réforme des retraites. Dans presque tous les cortèges, la mobilisation était plus forte que lors de la dernière journée intersyndicale, le 27 mai dernier. Malgré le soleil d'été, et les quelques vuvuzelas, l'inquiétude et la colère dominaient dans les cortèges. La SNCF a compté près de 40 % de grévistes, l'enseignement primaire, 32 %.

« Sentiment d'injustice »
Pour renégocier le texte à la rentrée, les leaders syndicaux étaient condamnés au succès. Sans une réaction salariale d'ampleur, leur mouvement hypothéquait ses chances de passer l'été. Aujourd'hui, ils peuvent souffler : « Le sentiment d'injustice face à cette réforme brutale monte très fort dans le pays », constate François Chérèque, le leader de la CFDT. Mais les chiffres d'hier restent moins importants que ceux des manifestations anticrise de 2009 (entre 1,2 et 3 millions de personnes). Et la partie est loin d'être gagnée, face à un gouvernement déterminé à reporter à 62 ans l'âge légal de la retraite.

un « point d'étape »

Le Premier ministre, François Fillon, en retrait sur la question des retraites , fera aujourd'hui un « point d'étape ». Au PS, Martine Aubry exige le retrait immédiat de la réforme.