Régime sec pour les Britanniques

RIGUEUR Même la reine Élisabeth est appelée à faire un effort pour réduire le déficit du pays...

E.M. avec agence

— 

David Cameron, lors de sa rencontre avec Elisabeth II, au palais de Buckingham.
David Cameron, lors de sa rencontre avec Elisabeth II, au palais de Buckingham. — JOHN STILLWELL

Le Royaume-Uni n’y coupera pas. Après l’Espagne, l’Italie, la Grèce, le Portugal, l’Allemagne et la France, le pays a annoncé un plan d’austérité drastique pour sortir ses comptes du rouge.
 
L’objectif: réaliser plusieurs dizaines de milliards d’euros d’économies et éliminer, d’ici à 5 ans, la quasi-totalité du déficit budgétaire. 

155 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement de coalition formé le mois dernier par les conservateurs et les libéraux démocrates «a hérité du plus grand déficit budgétaire en Europe» en valeur absolue, de la part du parti adverse, le Labour,  a plaidé mardi le chancelier de l'Echiquier George Osborne.

Il a présenté au Parlement toute une série de mesures pour faire passer le déficit de 10,1% du PIB en 2009 à 1,1% du PIB d’ici à 2015-2016. Soit 129 milliards de livres d’économies (155 milliards d’euros environ).

Réduction des dépenses

Ce plan de rigueur sans précédent proviendra d’abord d'une réduction des dépenses publiques. Le budget de chaque ministère baissera de 25% en moyenne sur quatre ans, hormis ceux de la santé et de l'aide au développement.

Comme dans nombre de pays européens, les fonctionnaires devront se serrer la ceinture. Leur salaire sera gelé pendant deux ans, sauf pour les plus modestes, et leur régime de retraites durci.

Hausse des recettes

En ce qui concerne la hausse des recettes, la TVA passera de 17,5% à 20% en janvier prochain. La taxe sur les plus values de capitaux va connaître une hausse immédiate et les banques, après avoir bénéficié de plans de sauvetages colossaux, devront aussi fournir un effort. Le gouvernement mettra en place dès l’année prochaine une taxe qui devrait rapporter 2,4 milliards d'euros par an.

La famille royale sera aussi appelée à faire preuve de rigueur. L’enveloppe que l’Etat verse à la reine Elizabeth pour ses fonctions officielles sera gelée à 9,5 millions d'euros.

Parallèlement à ces mesures, le chancelier Osborne a annoncé une réforme de l'impôt sur le revenu, défendue avec vigueur par les libéraux démocrates: 900.000 ménages à faibles revenus en seront ainsi exemptés. Il compte également mettre en place des mesures ciblées pour les entreprises.

«Mauvais pour la croissance»

L'opposition a vivement critiqué ce premier budget du nouveau gouvernement. Harriet Harman, qui dirige le parti travailliste en attendant l'élection du successeur de Gordon Brown, a dénoncé «les mêmes vieux Tories, qui frappent sévèrement les plus faibles».

Elle a aussi critiqué des mesures qui pénaliseront l’activité économique du pays. L'OBR, le gendarme des finances publiques britannique, a déjà abaissé de 2,6% à 2,3% la prévision officielle de croissance pour l’année prochaine, après la publication de ce budget.