Avec le 33700, les spams raccrochent

TELEPHONIE Hervé Novelli présentait le bilan de sa plateforme anti-spams...

Gilles Wallon

— 

Ahmed Jadallah

La bataille des spams sur téléphone s’intensifie. D’un côté, les éditeurs de jeux et autres sonneries pour portable, dont certains mènent parallèlement une activité d’hameçonnage illicite. De l’autre, le gouvernement et les opérateurs, qui ont mis en place en 2008 une plateforme unique, le 33700. Hervé Novelli présentait ce lundi le bilan de celle-ci

En un peu plus d’un an et demi, celle-ci a enregistré 787 000 appels d’usagers. 790 numéros frauduleux ont ainsi été fermés. En 2009, un hameçonneur avait déjà écopé de 300 000 euros d'amende. Aujourd'hui, les spams par SMS («salut, rappelle moi au 08...») «sont désormais en train d’être enrayés», se félicite la Fédération française des télécoms (FFT).

Spam vocal

A la place, une ancienne arnaque réapparait: le spam vocal, ou «ping call». «Un coup de fil très rapide, qui ne laisse pas le temps de décrocher. On rappelle et on tombe sur un numéro surtaxé», explique-t-on à la FFT. En recrudescence depuis plusieurs mois, il peut désormais être dénoncé à la plateforme 33700.

Autre phénomène en pleine croissance: le démarchage téléphonique non désiré. Des coups de fil de «prospection commerciale», faits par des entreprises à qui l’on n’a pas fourni son numéro de téléphone. Dès 2011, un simple courrier suffira pour s’inscrire à une «liste rouge», que 90% des entreprises françaises se sont engagées à respecter.