Malgré la crise, le pouvoir d'achat des ménages a progressé en 2009

CONSO Les prix à la consommation ont diminué...

Avec agence

— 

Le gouvernement et les distributeurs tablent pour les prochains mois sur une hausse des prix des produits alimentaires limitée entre 2% et 3% grâce à la baisse des cours des matières premières et à la loi de modernisation de l'économie (LME), mais les industriels sont sceptiques.
Le gouvernement et les distributeurs tablent pour les prochains mois sur une hausse des prix des produits alimentaires limitée entre 2% et 3% grâce à la baisse des cours des matières premières et à la loi de modernisation de l'économie (LME), mais les industriels sont sceptiques. — Mychele Daniau AFP/Archives

Ca va mieux? Le pouvoir d'achat des ménages français a nettement progressé en 2009, gagnant 1,6% en un an grâce à la baisse de l'inflation, selon une étude publiée mardi par l'Institut national de la statistique (Insee).

En raison notamment de la crise économique et de la flambée du chômage, le revenu disponible brut des ménages a en valeur moins augmenté l'an dernier qu'en 2008 (+1,0% après +3,2%).

Mais leur pouvoir d'achat s'accélère à +1,6% après +0,4% seulement en 2008, grâce à la baisse des prix à la consommation de 0,6% en 2009.

La consommation progresse peu

Ces prix avaient bondi de 2,9% l'année précédente sous l'effet d'une flambée des cours de l'énergie et des produits alimentaires.

«Mesuré au niveau individuel», le pouvoir d'achat (par unité de consommation) progresse en moyenne de 0,8%, après avoir baissé de 0,4% en 2008, précise l'Insee, qui a introduit ce nouveau mode de calcul afin de répondre à certaines critiques.

«Malgré l'accélération du pouvoir d'achat, la consommation n'a que modestement progressé» et continue d'augmenter à un «rythme modeste» de +0,6%, après +0,5% en 2008, relève l'Insee.

A l'inverse de la consommation, l'épargne des Français a nettement augmenté: leur taux d'épargne est passé à 16,2% du revenu disponible brut en 2009 (+0,8%), «sans doute pour des motifs de précaution face notamment à la forte dégradation du marché du travail».

Et vous, qu’en pensez-vous? Votre pouvoir d’achat a-t-il augmenté? Consommez-vous plus ou préférez-vous épargner?