L'euro tombe sous la barre des 1,21 dollar

FINANCES Un niveau jamais atteint depuis avril 2006...

E.M. avec agence

— 

Illustration d'une pièce de deux euros.
Illustration d'une pièce de deux euros. — M. FOURMY/SIPA

L’euro reste fragile. La monnaie unique est tombée vendredi sous le seuil de 1,21 dollar pour la première fois depuis mi-avril 2006.

Car les inquiétudes sur la reprise économique en zone euro persistent.

Redressement de l'euro

La monnaie unique s’était pourtant redressée ces deniers jours après sa chute dans le sillage de la crise grecque et des problèmes budgétaires en zone euro.

Vendredi matin, l'euro poursuivait son rebond face au dollar, se hissant même de nouveau au-dessus de 1,22 dollar.

L'espoir de voir émerger de bons chiffres du très attendu rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis, publié vendredi, a favorisé les devises à risque au détriment du dollar. Si ce rapport contient de bonnes surprises, le marché sera rassuré sur la croissance économique mondiale et la pression sur la monnaie unique devrait diminuer.

Craintes en zone euro

Mais les investisseurs n’ont pas pour autant oublié la crise budgétaire en zone euro. Ils craignent toujours que les plans de rigueur adoptés un peu partout en Europe pèsent sur une reprise déjà fragile.

Les analystes de la banque HSBC ont ainsi abaissé vendredi leur recommandation sur l'Europe, hors Royaume-Uni, de neutre à sous-pondérée.

«Il reste encore beaucoup trop d'incertitudes sur la santé des banques, sur l'avenir de l'euro, sur les dettes souveraines, et sur la croissance pour prendre des risques sur cette région actuellement».

"Bonne nouvelle"

Le Premier ministre François Fillon a pourtant assuré vendredi que la baisse de l’euro était une chose positive.

«J'ai déjà eu l'occasion de dire que je ne voyais que des bonnes nouvelles dans la parité entre l'euro et le dollar, je n'ai pas changé de discours», a déclaré le Premier ministre au cours d'une conférence de presse commune avec son homologue canadien Stephen Harper.

«Depuis des années, avec le président de la République, nous nous plaignons du fait que cette parité entre l'euro et le dollar ne correspond pas à la réalité de nos économies et handicape nos exportations», a-t-il ajouté.

La baisse de la monnaie unique favorise les entreprises qui exportent massivement hors de la zone euro, vers les Etats-Unis ou les pays émergents.

Mais elle ne fait pas que des heureux car elle pénalise aussi les importations.