ST: pire trimestre de son histoire

— 

Affecté par la chute de la demande de composants électroniques, STMicroelectronics a publié mercredi soir les plus bas niveaux de marges depuis sa cotation en Bourse. La société a enregistré une perte nette de 541 millions de dollars au cours du premier trimestre, perte atténuée par un produit d'impôt de 95 millions de dollars et des subventions de R&D du gouvernement français.

Pour le reste, le fabricant franco-italien de semi-conducteurs broie du noir. Le chiffre d'affaires trimestriel atteint 1,7 milliard de dollars, contre 2,5 milliards de dollars un an plus tôt. La chute d'activité touche tous les marchés clients de ST, notamment l'automobile, mais également l'informatique, l'industriel ou l'électronique grand public. Le taux de marge brute, un indicateur clef de performance du groupe, est tombé à 26,3%, du jamais vu dans l'histoire de l'entreprise, contre 36,5% un an plus tôt. 8 points de marge ont été perdus à cause de la sous-utilisation des usines, le groupe ayant pris de nombreuses décisions en matière de prises de congès ou de chômage partiel.

ST relève quelques points d'amélioration, mais continue d'afficher un discours de prudence pour les mois qui viennent. "Alors que nous avons récemment commencé à voir des indicateurs d'amélioration en termes de carnet de commandes et de visibilité, nous pensons qu'il est encore trop tôt pour déterminer à quel point ces signes sont durables", affirme Carlo Bozotti, le dirigeant du groupe.

Pour le deuxième trimestre, STMicroelectronics table sur un chiffre d'affaires compris entre 1,73 et 1,93 milliard de dollars. Les usines devraient être utilisées à hauteur de 50%, ce qui reste un niveau très faible. Dans ce contexte, le taux de marge brute devrait se situer entre 20% et 29%.