Brown va remanier son gouvernement

D.H. avec AFP

— 

"Nous pouvons confirmer que cela va se passer aujourd'hui", a indiqué un porte-parole de Downing Street. L'annonce de ce remaniement pourrait intervenir dans les prochaines heures, selon la presse. Le porte-parole n'a pas précisé quand cette annonce aurait lieu.

Selon plusieurs médias, l'actuel ministre de la Santé Alan Johnson, considéré comme un successeur potentiel de Gordon Brown, serait nommé à l'Intérieur, en remplacement de Jacqui Smith, éclaboussée par le scandale des notes de frais. Le ministre des Finances Alistair Darling et son homologue de la Justice Jack Straw devraient quant à eux conserver leurs postes, selon ces sources.

Six démissions

Ce remaniement intervient à la suite de six démissions de ministres en trois jours. Ce vendredi matin, le ministre britannique de la Défense John Hutton a démissionné. Ce dernier a décidé de quitter le gouvernement pour des "raisons familiales", selon la BBC, Sky News et l'agence britannique Press association. Sky News indique par ailleurs que John Hutton a également décidé de démissionner de son mandat de député.

John Hutton pourrait être remplacé à la Défense, poste-clé alors que des milliers de soldats britanniques sont encore déployés en Irak et en Afghanistan, par l'actuel ministre pour l'Irlande du Nord Shaun Woodward.

Cette sixième démission survient au lendemain de la démission spectaculaire de James Purnell, ministre du Travail et des Retraites. James Purnell a, dans une lettre publiée en Une du Times, défié Gordon Brown de quitter son poste pour le bien du Labour, fragilisant un peu plus l'autorité du Premier ministre.

Selon la presse, des députés travaillistes ont commencé à diffuser une pétition par courriel appelant au départ du Premier ministre. La fronde viserait à réunir plus de 70 députés, soit le niveau suffisant pour déclencher l'élection d'un nouveau leader au sein du Labour.

Attente des résultats des élections

L'annonce de la nouvelle équipe gouvernementale survient en outre alors que le Labour au pouvoir s'attend à une déroute lors d'élections locales organisées jeudi et dont les résultats sont attendus vendredi après-midi. Les premiers résultats montrent que le Parti travailliste semble en difficulté. Sur les trois premiers conseils locaux dépouillés, le Labour a déjà perdu 23 sièges de conseillers, alors que l'opposition conservatrice en gagnait 18.

Les Britanniques étaient appelés à élire 72 députés européens et 2.318 représentants dans une trentaine de collectivités locales d'Angleterre, ainsi que trois maires. Ces élections, les premières depuis le retentissant scandale des notes de frais, représentent un dernier test avant des élections législatives attendues au plus tard en juin 2010.

Depuis près d'un mois, la presse égrène les abus de députés de tous bords, parfois également ministres, qui se sont fait rembourser boîtes d'allumettes, croquettes pour chien ou île pour canards aux frais du contribuable. Le scandale éclabousse l'ensemble de la classe politique mais c'est le Labour qui en a le plus pâti, allant jusqu'à faire naître une rébellion au sein même du parti.