Obama veut que ses ministres fassent 100 millions d'économies

CV avec AFP

— 

Le président américain Barack Obama vient d'ordonner à son gouvernement de trouver 100 millions de dollars d'économies dans son budget au cours des 90 prochains jours, en guise d'exemple de rigueur financière.

Cette initiative est censée illustrer la détermination affirmée d'Obama à réduire à terme le train de vie de l'Etat, à un moment où le président est sous le feu des critiques de ses adversaires républicains et des avocats d'un gouvernement économe.

"Nous avons l'obligation (...) de veiller à ce que ce gouvernement soit aussi efficace que possible et à ce que le moindre dollar qui vient du contribuable et que nous dépensons le soit raisonnablement", a défendu la président américain à l'issue de la première réunion de son gouvernement au complet, à l'exception d'un seul membre.

"L'un des messages que j'ai délivrés aujourd'hui à tous les membres du gouvernement, c'est celui-ci: vous avez été très bons jusqu'alors, mais vous allez devoir faire encore plus. Je demande à chacun d'entre eux d'identifier au moins 100 millions (au total) d'économies supplémentaires dans le budget de leur administration", a-t-il ajouté. Ils ont 90 jours pour le faire, a précisé un responsable de l'administration.

Selon Barack Obama, cet effort s'ajoute à l'examen du budget ligne par ligne auquel son équipe est déjà en train de procéder. Il a ajouté que certains de ses ministres avaient déjà engagé ce nouvel effort. Obama a acquiescé quand la presse a fait valoir que 100 millions de dollars, c'était une "goutte d'eau dans la mer". "Prise seule, aucune de ces choses ne fera de différence. Mais, accumulées, elles font une différence extraordinaire parce qu'elles donnent le ton", a-t-il estimé.

Obama, qui a promis de réduire le déficit fédéral par deux d'ici à la fin de son mandat en 2013, est contraint par la crise économique à un difficile exercice. Au cours de ses trois premiers mois, il a pris des mesures aggravant encore le déficit, comme un énorme plan de 787 milliards de dollars pour relancer l'économie et un soutien aux banques. Ses prévisions budgétaires tablent sur un déficit record de 1.750 milliards de dollars en 2009.

Le président américain fait valoir qu'il a hérité d'un déficit de 1.300 milliards de dollars, et que les dépenses à court terme sont indispensables pour stimuler une économie en proie à sa plus grave crise depuis des décennies.