Nivea marque le pas

— 

Déception en ce début d'année. Beiersdorf a vu son résultat d'exploitation (EBIT) chuter de 26% au cours des trois premiers mois de l'année, à 145 millions d'euros, en raison d'un marché cosmétique inégal et des difficultés rencontrées par sa filiale d'adhésifs Tesa sur le marché de l'automobile. Certains analystes prévoyaient un bénéfice de 190 millions d'euros pour le trimestre.

Le groupe allemand, connu pour ses crèmes de soin Nivea ou pour ses adhésifs Hansaplast, évoque une "hésitation à dépenser" des clients, partout dans le monde. "Nous pensons que le marché devrait se contracter légèrement" en 2009, ajoute le groupe. Beiersdorf table sur une légère croissance de son activité cosmétique, ce qui devrait lui permettre de gagner des parts de marché.

Les ventes de sa division "Consumer", qui regroupe la marque Nivea, ont baissé de 0,5%, à périmètre et taux de change constants. Ce repli s'explique avant tout par des déstockages chez les partenaires du groupe. Le résultat d'exploitation de la branche a reculé à 144 millions d'euros, contre 171 millions d'euros un an plus tôt, soit une chute de près de 16%. Au cours de l'année 2008, le résultat d'exploitation de l'activité "Consumer" avait progressé de 3,1% à 615 millions d'euros.

Le groupe ne devait publier ses résultats que le 5 mai, mais a préféré donner des premiers éléments dès vendredi dernier. Depuis la clôture de jeudi dernier, son cours de Bourse a reculé d'un peu plus de 11%, pour coter 30,44 euros par action. A la suite de cette publication plutôt pessimiste, certains courtiers ont pris les devants sur d'autres valeurs du secteur des cosmétiques. Ainsi, Société Générale a-t-elle revu son avis sur L'Oréal de conserver à vendre. La banque a revu à la baisse ses estimations de croissance pour le géant des cosmétiques. "Nous sommes inquiets sur l'évolution des perspectives de la demande finale pour le groupe, comme pour son secteur", explique la banque, dans une note.