Le déficit budgétaire atteint 29,9 milliards d'euros

— 

La crise et les mesures fiscales en matière d'impôt sur les sociétés et de TVA ont creusé le déficit budgétaire à fin février, selon Bercy. Il atteint 29,9 milliards d'euros, contre 22,7 milliards d'euros un an plus tôt à la même période.

"L’écart s’explique essentiellement par l’incidence des mesures de soutien de la trésorerie des entreprises (5,9 milliards d'euros) à travers le remboursement anticipé de crédits d’impôt et d'excédents de versement en matière d’impôt sur les sociétés (IS) et de TVA", explique le Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique.

Côté dépenses, l'impact des mesures de relance inscrites dans la loi de finances rectificative du 4 février ne se voit pas encore dans les comptes de l'Etat, ajoute Bercy.

Côté recettes, en revanche, c'est la dégringolade: une baisse de 9,2 milliards d'euros à 32,1 milliards d'euros, à cause des mesures d'aide à l'économie, selon Bercy: on y retrouve notamment le remboursement des excédents de versement d'impôts sur les sociétés en représente la plus grosse part, avec 3,9 milliards d'euros. A ce montant s'ajoutent les reports en arrière de déficit d'IS (0,6 milliard), les crédits d'impôt recherche (1 milliard) et de TV1 (0,4 milliard).

Les mesures d'aide au secteur bancaire à travers les garanties de l'Etat et via la Société de financement de l'économie française ont rapporté 221 millions d'euros. Bercy ne précise pas le coût des ressources empruntées pour soutenir les banques françaises, qui ont déjà reçu 21 milliards d'euros.