Un plan B pour Fortis

J. Bx avec AFP

— 

Une semaine avant un vote crucial des actionnaires, les petits actionnaires opposés au rachat de Fortis Banque par le groupe français BNP Paribas veulent rallier de nouveaux sympathisants avec un plan B présenté lundi 20 avril et permettant à la première banque de Belgique de rester indépendante.

Le plan B prévoit la reprise par Fortis Holding d'au moins 50% plus une action de Fortis Banque, l'Etat belge conservant le reste. La répartition pourrait par la suite évoluer vers 70%-30%.

Selon ce scénario, Fortis Banque pourrait dégager 1,6 à 1,8 milliard d'euros de bénéfice net à horizon 2011 contre une perte de 20,6 milliards en 2008, et l'action Fortis Holding pourrait valoir 6 à 8 euros contre environ 1,50 euro aujourd'hui.

"Ce projet montre que la vente à d'autres pays des joyaux industriels et financiers belges n'est pas une fatalité", font valoir les opposants. Le cavalier seul a notamment reçu le soutien du cabinet de conseil aux actionnaires Deminor, qui n'avait jusqu'ici pas pris position.

"Nous avons aujourd'hui une véritable alternative crédible et fiable", a estimé Deminor qui appelle désormais à voter contre l'alliance avec BNP "afin de permettre la mise en place de ce projet créateur de valeur pour les actionnaires, les employés de Fortis Banque et les citoyens belges".

Outre Deminor, le plan alternatif est soutenu par le cabinet Modrikamen, à l'origine des recours ayant jusqu'à présent empêché BNP de concrétiser son projet par l'association de consommateurs Test-Achats et par l'Association de défense des actionnaires de Fortis (ADAF).

Le groupe Fortis, devenu aujourd'hui Fortis Holding, était considéré comme un fleuron financier du Benelux jusqu'à son démantèlement l'an dernier à la suite de la crise financière. Début octobre, les Pays-Bas ont nationalisé les activités néerlandaises de bancassurance, et la Belgique la filiale bancaire belge Fortis Banque avait l'intention d'en revendre 75% à BNP.

Les actionnaires de Fortis Holding, qui s'estiment floués, ont voté contre ce démantèlement le 11 février. Ils voteront à nouveau sur un accord remanié avec BNP le 28 avril à Gand (Belgique) et le 29 à Utrecht (Pays-Bas).