Google veut aider les sites internet à être rentable

A.-S. G. avec AFP

— 

Google se porte en chevalier blanc du net. Eric Schmidt, le PDG de Google a affirmé qu'il serait "très, très heureux" d'aider Twitter ou d'autres sites internet de "communication immédiate" à gagner de l'argent.

"Twitter prouve que l'innovation se porte bien dans la Silicon Valley", a commenté Eric Schmidt lors d'une conférence d'analystes à l'issue de la présentation des résultats de Google. "Sans parler spécifiquement de Twitter", ces sites pourraient devenir "un moyen de canaliser des informations marketing", et à partir de ce moment là, "d'accrocher des produits publicitaires", a-t-il relevé.

"Je ne connais pas personnellement leur stratégie, mais ça me frappe que c'est là une stratégie logique pour eux, et quelque chose auquel nous serions très heureux de nous associer, avec Twitter et tous les autres acteurs de ce domaine", a-t-il ajouté.

Le PDG de Google a ainsi relancé les rumeurs insistantes depuis quelques semaines sur le possible rachat de Twitter, trois ans après l'acquisition du site de partage de vidéos YouTube, qu'il commence juste à rentabiliser.

Au début du mois le blog technologique du journal Washington Post, TechCrunch, évoquait des négociations avancées et estimait à plus de 250 millions de dollars le montant possible de la transaction - alors que l'an dernier le réseau de socialisation Facebook aurait proposé 500 millions.

Utilisé par plus de six millions de personnes, Twitter ("gazouillis" en français) permet à ses utilisateurs d'envoyer gratuitement de courts messages à des contacts (pas plus de 140 caractères). Le site a vu sa popularité exploser depuis sa création en août 2006, mais n'a toujours pas réussi à générer des recettes.

Un cofondateur de l'entreprise, Biz Stone, a toutefois indiqué le mois dernier qu'il prévoyait de trouver cette année une façon d'engranger des revenus et pourrait proposer des services payants pour les professionnels. Il a aussi précisé que Twitter restait concentré sur sa croissance, après avoir vu son activité exploser de 900% en 2008.