La nouvelle offre de Total pour UTS est rejetée

— 

Nouveau revers pour Total. Le groupe pétrolier a relevé de 35% son offre publique d'achat sur le canadien UTS Energy Corp, valorisant la société à 830 millions de dollars canadiens, soit environ 517 millions d'euros, après le rejet d'une première offre. Mais l'effort consenti ne convainc toujours pas.

Son directeur général, William Roach, a déclaré à l'agence Bloomberg que la nouvelle proposition du français, 1,75 dollar par action contre 1,30 auparavant, est inadéquate car elle sous-évalue sa société. Le dirigeant a observé que le prix proposé est inférieur au cours de clôture d'UTS en fin de semaine dernière.

UTS, société spécialisée dans l'exploitation de sables bitumineux, détient 20% dans Fort Hills, dans la même région où Total prévoit d'investir plusieurs milliards de dollars pour extraire du pétrole. La baisse du cours du baril de brut, engagée depuis l'été 2008, puis son rebond depuis le mois de février, a néanmoins poussé Total à retarder de quelques mois ses plans dans la région.

Selon les autorités canadiennes, les provinces de l'ouest du Canada recèleraient les plus importantes réserves d'hydrocarbures au monde après l'Arabie Saoudite. Mais le coût d'extraction de ces hydrocarbures reste à ce jour plus élevé que celui du baril de brut extrait des sous-sols du Moyen-Orient.

Ces réserves attirent les groupes pétroliers du monde entier. Le 23 mars, deux groupes canadiens, Suncor et Petro-Canada, ont décidé d'unir leurs forces, dans une fusion de 19,3 milliards de dollars canadiens. Pour le patron d'UTS, cette fusion devrait permettre de baisser les coûts d'exploitation et d'améliorer la rentabilité des investissements dans les sables bitumineux. Un autre argument pour demander aux dirigeants de Total de se montrer plus généreux.