Nouvelle semaine de rebond à Paris

Julien Beauvieux

— 

Après avoir longtemps hésité, les investisseurs ont finalement succombé aux statistiques américaines mitigées. La Bourse de Paris a clôturé vendredi 3 avril en baisse de 1,11%, à 2.958,74 points, engrangeant néanmoins 4,16% sur la semaine, portée par les annonces faites au G20 et la santé retrouvée des valeurs bancaires et de l'automobile.

Ce vendredi, après avoir ouvert en baisse de 0,8%, la Bourse de Paris a fébrilement attendu les chiffres de l'emploi américain et l'indice ISM des services. Si elle est revenue en terrain positif dans un premier temps, grâce à un taux de chômage en ligne avec les attentes, la déconfiture du secteur tertiaire américain a poussé les investisseurs à prendre leurs bénéfices.

L’économie américaine a détruit 663.000 emplois en mars, soit 13.000 de plus qu'anticipé par le marché. Le chiffre de février a été confirmé à -651.000 et celui de janvier révisé de -655.000 à -741.000. Le taux de chômage augmente comme prévu de 0,4 point à 8,5% de la population active, au plus haut depuis novembre 1983.

L’activité dans le secteur des services aux Etats-Unis s’est pour sa part contractée pour le sixième mois consécutif en mars, l’indice ISM ressortant à 40,8, contre 41,6 en février et 42 attendu.

Malgré cette correction, l'indice parisien engrange une nouvelle semaine de rebond, le Cac 40 a regagnant 17,4% depuis son point bas du 9 mars. Après deux séances difficiles vendredi 27 (-1,78%) et lundi 30 mars (-4,27%), la Bourse de Paris a enchaîné trois séances de forte croissance, portée notamment jeudi 2 avril par les mesures annoncées lors du G20 de Londres. Elles doivent permettre d'injecter 5.000 milliards de dollars dans l'économie mondiale d'ici la fin 2010.

Le CAC 40 a en outre été dopé par la santé retrouvée du compartiment automobile et des valeurs bancaires. Renault et Peugeot ont signé vendredi 3 avril les deux meilleures performances de l'indice et bondissent respectivement de 26,09% et 18,61% sur la semaine, à 21,34 et 18,20 euros. Michelin s'adjuge 13,88% sur la semaine écoulée, à 34,17 euros.

Dans le compartiment bancaire, Société Générale bondit de 11,09% sur la semaine, à 33,50 euros. Malgré un repli de 1,73% vendredi 3 avril, en raison d'un nouveau contretemps dans son rapprochement avec Fortis Banque, BNP Paribas grimpe de 10,95% sur la semaine, à 35,78 euros, tandis que le titre Crédit Agricole s'est adjugé 2,10%, à 9,39 euros. A noter que le titre Dexia a chuté de 7,59% sur la semaine, à 2,64 euros.