Chrysler proche d'un accord avec le syndicat UAW

A.-S. G. avec AFP

— 

Le constructeur américain Chrysler est proche d'un accord avec le syndicat de l'automobile UAW sur le financement du fonds chargé de financer la couverture santé de ses retraités, affirme le New York Times, citant des personnes informée du déroulement des négociations.

Cette question est l'un des trois dossiers brûlants que le plus petit des groupes automobiles américains doit régler avant la fin du mois, avec son alliance technologique avec Fiat et la restructuration de sa dette obligataire.

"La seule chose que je puisse dire, c'est que nous somme optimiste", a déclaré le directeur financier Ronald Kolka au quotidien généraliste.

Chrysler, comme General Motors et Ford, a confié à un fonds indépendant le financement de la couverture santé de ses anciens employés. Mais le groupe est dans l'incapacité de dégager les fonds nécessaires pour alimenter cette structure et l'idée est de financer celui-ci avec des actions du groupe.

Fiat devrait aussi recevoir une participation au sein du capital de Chrysler en échange de l'apport de ses technologies et il est probable qu'une restructuration de la dette obligataire du groupe passe également par une conversion d'une partie importante de ces créances en actions.

"Qui reçoit le capital et quels sont les pourcentages respectifs, c'est là où réside l'incertitude", a ajouté Ronald Kolka.

Selon les sources citées par le quotidien sur son site internet, Chrysler accepterait de céder 20% de son capital au fonds, qui est généré par le syndicat UAW, en échange d'un renoncement à la moitié des 10,6 milliards de dollars qu'il lui doit. Cette offre n'a pas encore été formellement acceptée par l'UAW et la part exacte qui lui reviendra est encore susceptible d'évoluer.

Le journal précise que le fonds pourrait au final détenir plus de 20% du capital de Chrysler, ce qui en ferait temporairement son premier actionnaire. Fiat doit recevoir dans un premier temps une participation de 20%, avec la possibilité de monter à 35%.

Si Chrysler n'a pas réglé les trois dossiers en suspens avant la fin du mois, il lui faudra déposer son bilan, avec une faible chance pour les différents protagonistes de récupérer des sommes substantielles.