Barack Obama promet les "piliers" d'une reprise dès cette année

E24 avec AFP

— 

Le président Barack Obama estime, dans un entretien publié samedi 7 mars par le New York Times, que sa méthode face à la crise est la bonne. "Notre conviction et notre attente sont que nous aurons tous les piliers en place pour une reprise cette année", a-t-il déclaré. "Combien de temps cela prendra-t-il avant que la reprise ne se traduise par un marché de l'emploi plus fort dépendra d'un grand éventail de facteurs", ajoute le président. "Je ne pense pas que quiconque puisse lire dans une boule de cristal", note-t-il dans cet entretien réalisé à bord de l'Air Force One.

Le président Obama évoque également la nécessité d'une coordination avec les autres pays "parce que ce qu'une partie de ce que nous voyons en ce moment sont des faiblesses en Europe qui sont en réalité plus importantes qu'ici et qui ricochent vers nous et ont un impact sur nos marchés". Barack Obama qui envisage de dépenser 250 milliards de dollars supplémentaires pour sauver les banques américaines, estime que cette nouvelle provision inscrite au budget devrait suffire. "Nous allons nous assurer que le système financier est stabilisé avec les ressources à disposition. Nous pensons que les 250 milliards sont une bonne estimation et n'avons pas de raison de réviser cette estimation dans le budget", a-t-il indiqué.

Interrogé sur le fait de savoir si l'administration était prête à laisser une nouvelle grande institution financière mettre la clé sous la porte et s'il était certain de ne pas devoir faire de nouveaux appels de fonds au Congrès, le président a assuré: "nous ferons tout ce qu'il faut pour éviter cela".

Barack Obama a tenu ces propos alors que la Bourse de Wall Street a connu une nouvelle semaine noire au cours de laquelle son indice phare est retombé au niveau autour duquel il évoluait au printemps 1997. Les chiffres officiels du chômage publiés vendredi ont montré un marché de l'emploi en chute libre. Samedi, le président de la Réserve fédérale américaine (Fed), Ben Bernanke a déclaré que la banque centrale continuerait d'agir "aussi longtemps que nécessaire" avec "tous les instruments à sa disposition" pour restaurer la stabilité financière et la croissance.

Cette petite phrase marque un changement dans le discours habituel tenu par les dirigeants de la Fed, engagée depuis plusieurs mois dans une politique de soutien massif à l'activité passant par l'injection de centaines de milliards de dollars dans le circuit économique. Ben Bernanke et ses collègues ont souvent répété que leur institution utiliserait "tous les moyens à sa disposition", pour permettre un retour à des bases économiques saines, mais sans faire mention d'une durée quelconque. En disant être prêt à agir "aussi longtemps que nécessaire", Ben Bernanke ajoute donc une nuance peu optimiste.