"ZEturf perdra de l'argent en France"...

Propos recueillis par Delphine Halgand

— 

ZEturf.com, site européen de prise de paris sur les courses hippiques internationales, est aujourd'hui considéré comme illégal selon la législation française. Ce qui n'empêche pas son directeur général Emmanuel de Rohan Chabot de côtoyer le ministre du Budget Eric Woerth au Sénat pour discuter du projet de loi. L'illégalité du moment n'a par ailleurs pas empêché le site de réaliser 110 millions de chiffres d'affaires sur les courses françaises en 2008. Le site représente déjà ainsi 15% du marché français des paris hippiques en ligne, soit 75% à 80% du marché en dehors du PMU.fr.

Moins imposé (0,5% sur les mises) puisque basé à Malte, ZEturf reverse aujourd'hui aux parieurs gagnants 95% des enjeux perçus, contre 74% pour le PMU. Le directeur général de ZEturf Emmanuel de Rohan Chabot compte bien prétendre à la légalité dès l'ouverture à la concurrence du marché. Il étudie donc avec attention les pourparlers autour du projet de loi relatif à l'ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d'argent et de hasard en ligne.

E24 - Quels sont les points positifs du projet de loi?

Emmanuel de Rohan Chabot – Nous sommes extrêmement favorables à la partie réglementaire du projet concernant la protection de l'ordre public. Nous sommes déjà très attentifs à ces sujets comme celui de la protection des mineurs. Concernant la lutte contre le blanchiment d'argent, les paris en ligne sont plus transparents que les paris hippiques traditionnels puisque tout l'argent joué est bancarisé. Quant à la protection face aux excès de certains joueurs, nous avons créés nos propres systèmes d'autolimitation de paris, qui ont d'ailleurs inspirés le PMU. Nos joueurs ne peuvent pas parier plus de 300 euros sur un cheval, contre 10.000 euros au PMU (Le PMU indique que sa limitation par prise de paris est de 750 euros et sa limitation d'approvisionnement du compte est de 3.000 euros par mois.). Nous menons cette politique pour des raisons marketing mais surtout morales. Il me serait sincèrement insupportable que quelqu'un se suicide à côté d'un écran ZEturf.

Qu'est-ce qui ne vous convient pas dans ce projet de loi?

Le volet des gros sous pose problème bien entendu. Il faut déjà clarifier de quel argent on parle. Sur les 110 millions d'euros de mises que ZEturf brasse, nous ne gardons que 5,5 millions. Le projet de loi prévoit aujourd'hui un prélèvement de 15,5% (7,5% pour l'Etat et 8% pour la filière équine) sur les mises. C'est un impôt sur de l'argent dont je ne disposerai pas. Cette taxation ne fonctionnera pas. Si ces prélèvements sont appliqués tels quels, ZEturf perdra de l'argent en France. Nous ne serions pas rentables et nous perdrions des parts de marché face aux opérateurs qui resteraient en dehors de la législation française. Nous pourrions résister un ou deux ans. Nous sommes donc au-delà d'un débat d'optimisation fiscale.

Que suggérez-vous?

Nous sommes favorables à un impôt sur le produit brut des gains (la part des enjeux après paiement des gains). Un prélèvement pouvant aller jusqu'à 15% sur le montant des crédits réels (l'argent perdu par le joueur ou l'argent déposé) est également envisageable. J'ai bon espoir que les législateurs commencent à entendre nos arguments, au regard également de ce qui se passe en Italie. La taxe sur les enjeux est là-bas de 3,75% et le modèle ne fonctionne pas.

Si les prélèvements restaient tels quels, vous ne renonceriez pas à obtenir une licence en France?

A partir du moment où une loi existe en France, il n'est plus justifié de demeurer à l'extérieur du marché national. Ce sera plus efficace de faire évoluer le système de l'intérieur. Une clause de revoyure au bout de deux ans est déjà prévue dans le texte. Nous aurons également un avantage en termes de publicité.

Pourrez-vous toujours proposer un taux de retour aux joueurs supérieur à celui du PMU?

Il le faut. Avec la fiscalité actuelle, nous pourrions reverser 80% des enjeux perçus, contre 74,8% pour le PMU (77% sur PMU.fr, selon le PMU). Si la fiscalité devenait plus avantageuse, nous pourrions repasser à un taux entre 85% et 90%.

Qu'est-ce qui différencie ZEturf du PMU.fr?

Notre site est techniquement plus performant donc plus rapide et plus souple. C'est essentiel sachant que 80% des paris se font dans les quatre minutes précédant les courses. Par ailleurs, le délai moyen de paiement des gains est chez nous de 3 jours, contre 3 semaines pour le PMU.fr (le paiement est immédiat sur internet, selon le PMU) . Nous offrons plus de contenus puisque nous sommes à l'origine un site d'information. Notre offre couvre plus de courses. Nous couvrons 97% à 98% de celles couvertes par le PMU et la même quantité de courses étrangères. Le PMU ne nous fait pas peur. J'ai peur des sites qui ne respecteront pas la législation française, car l'Etat ne pourra pas tous les bloquer, ni leurs transactions bancaires.