De la pub pour de l'alcool sur le net?

E24

— 

L'Assemblée nationale doit débattre aujourd'hui à partir de 16 heures de la publicité en faveur de l'alcool sur internet, dans le cadre de la réforme du système de santé. La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a indiqué lundi 9 mars vouloir mettre la publicité pour l'alcool sur internet, qui n'est pas actuellement autorisée en France, "au même niveau" que ce que prévoit la loi Evin pour la presse ou les radios. En revanche, la loi Evin de 1991 interdit la publicité pour l'alcool au cinéma et à la télévision.

"Nous allons encadrer de façon très importante cette communication sur internet", a souligné Roselyne Bachelot sur France 2, citant une interdiction pour les sites dédiés aux jeunes et au sport et une interdiction des spams et des pop-ups. "Finalement, nous allons mettre internet au même niveau que les médias autorisés, la presse ou les radios, avec les précautions qui s'imposent", a indiqué la ministre, qui défend devant les députés le volet prévention de l'alcoolisme des jeunes de son texte santé.

La ministre de la santé faisait ainsi directement référence à l'amendement présenté par le député Jacques Domergues (UMP) et plus de 40 parlementaires de la majorité. Cet amendement, adopté en commission des affaires culturelles, familales et sociales, souhaite autoriser la publicité en faveur des boissons alcooliques "sur les services de communications en ligne à l’exclusion de ceux qui, par leur caractère, leur présentation ou leur objet, apparaissent comme principalement destinés à la jeunesse, ainsi que ceux édités par des associations, sociétés, et fédérations sportives ou des ligues professionnelles au sens du code du sport, sous réserve que la propagande ou la publicité ne soit ni intrusive, ni interstitielle". Cet amendement a reçu le soutien de l'association Vin et société, qui représente la filière vigne et vin depuis l'entrée en vigueur de la loi Evin.

Un autre amendement plus restrictif a été déposé par le député UMP Yves Bur et adopté en commission des affaires culturelles contre l'avis du rapporteur Jean-Marie Rolland. Le texte propose, lui, de restreindre la publicité en faveur de l'alcool sur internet aux seuls sites de professionnels.

L'amendement qui l'emportera et qui donc décidera des conditions de publicité pour l'alcool sur internet dépendra surtout du nombre de députés présents dans l'Hémicycle cet après-midi.