La Bourse de Paris déprimée par le secteur financier

E24 avec AFP

— 

Vent de panique sur la Bourse de Paris, à l'image des autres places boursières, emportées par un déluge de mauvais indicateurs économiques surtout en Europe et des craintes croissantes pour la santé des groupes financiers, aggravées par la perte vertigineuse d'AIG, l'appel au marché de HSBC, les prévisions du PIB français et les ventes de voitures en baisse en Europe. Le CAC 40 a terminé en baisse de 4.48% à 2.581,46 points. A Londres, le Footsie-100 chute de 5,33%, au plus bas depuis 2003 également, Francfort perd 3,48% et la Bourse de Milan s'enfonce de 6,02%.

La Bourse de New York a ouvert en nette baisse, cassant le seuil des 7.000 points pour la première fois octobre 1997. Le Dow Jones perdait 1,76% et le Nasdaq 1,30%.

Il s'agit de la deuxième plus forte baisse du CAC 40 en 2009, après celle du 14 janvier (-4,56%). Il est retombé à son plus bas niveau depuis le 13 mars 2003 (2.554,71 points). "Les marchés restent très sensibles aux valeurs financières. C'est là où le bât blesse", constate Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities.

Les valeurs financières ont été lourdement sanctionnées.

Axa a perdu 3,63% à 7,07 euros, Natixis 12,73% à 0,96 euro, tombant pour la première fois de son histoire sous le seuil de 1 euro, Crédit Agricole 7,19% à 7,23 euros, BNP Paribas 9,31% à 23,57 euros, Dexia 4,70% à 1,60 euro, Société Générale 7,79% à 23,01 euros et HSBC Holdings 19,82% à 4,41 euros. Touché par la baisse des prix du pétrole, Total a lâché 5,75% à 35,32 euros, entraînant dans son sillage Maurel et Prom (-10,54% à 7,30 euros). EDF (-9,45% à 27,99 euros) et GDF Suez (-8,07% à 23,25 euros), deux poids lours de la cote, ont chuté également. Ipsen s'est effondré (-11,38% à 26,75 euros) alors que le laboratoire s'attend à une activité moins bonne que prévu au premier trimestre et une chute de sa marge en 2009.

Vivendi a, lui, résisté (-0,61% à 18,85 euros). Le groupe a atteint ses objectifs 2008 et se dit "confiant" pour 2009. Sa filiale, l'opérateur SFR, a enregistré en 2008 une hausse de ses ventes de 28,1%, à 11,5 milliards d'euros, grâce au rachat de Neuf Cegetel.