Résultat stable à 2,6 milliards d'euros pour Vivendi

— 

Vivendi annonce ce lundi 2 mars un bénéfice net part du groupe de 2,6 milliards d'euros, en baisse de 0,8% par rapport au bénéfice enregistré un an plus tôt. Le résultat net ajusté, considéré par le groupe comme une mesure pertinente de sa performance, a progressé de 8,4% à 2,74 milliards d'euros. Le groupe de télécommunications et de médias versera un dividende de 1,4 euro par action au titre de l'exercice écoulé. Son paiement sera effectué en numéraire ou en actions, au choix de l'actionnaire de Vivendi.

Vivendi prévoit que son "résultat opérationnel ajusté devrait fortement progresser en 2009", mais ne quantifie pas l'ampleur de cette progression, compte tenu d'un environnement économique incertain. Au cours d'une conférence avec les analystes financiers, les dirigeants du groupe ont précisé anticiper une "légère baisse" de l'excédent brut d'exploitation de SFR dans la téléphonie mobile, une stabilité des résultats de Universal Music Group à taux de change constants, et une progression de plus de 10% du résultat opérationnel ajusté de Canal+.

En 2008, le chiffre d'affaires du groupe a bondi de 17,2% à 25,4 milliards d'euros, grâce à l'acquisition de Neuf Cegetel et à la fusion entre Vivendi Games et Activision, qui a donné naissance à l'un des plus gros éditeurs de jeux vidéo dans le monde, Activision Blizzard.

Le résultat opérationnel ajusté n'a en revanche progressé que de 4,9% à 4,95 milliards d'euros. La contribution de SFR a augmenté de 1% à 2,5 milliards d'euros tandis que les résultats d'Activision Blizzard ont plongé de 81% à 34 millions d'euros. Les comptes de SFR ont été notamment pénalisés par l'augmentation des coûts de fidélisation des clients et par la baisse des terminaison d'appels.

La baisse des résultats d'Activision Blizzard est due à un effet négatif de 416 millions d'euros lié au chiffre d'affaires différé comptabilisé par Blizzard, à des pertes liées à des activités cédées ou abandonnés pour 127 millions d'euros, ainsi qu'aux coûts liés au rapprochement de Vivendi Games et d'Activision.

Les autres métiers du groupe - Universal Music Group, Maroc Telecom et Canal+ - affichent une amélioration de leur marge d'exploitation sur une base ajustée. Dans la télévision payante, Vivendi a indiqué être intéressé par des acquisitions, sans avoir encore trouvé de cible appropriée. La société a refusé d'évoquer le dossier Digital+, alors que la presse a évoqué son intérêt pour le groupe de médias espagnol. Au-delà de ces dossiers médias, le groupe dirigé par Jean-Bernard Lévy a écarté toute opération majeure de croissance externe "dans les semaines ou les mois à venir".

Le résultat net ajusté affiche une baisse de 3,4% à 2,7 milliards d'euros. "Il intègre l'incidence sur le résultat opérationnel ajusté des coûts d'intégration et de restructuration induits par l'acquisition de Neuf Cegetel et d'Activision, et l'incidence défavorable sur le résultat opérationnel ajusté de l'étalement du chiffre d'affaires lié à la vente de boîtes de jeux vidéo ayant des fonctionnalités en ligne importantes", explique Vivendi dans un communiqué de presse.

Sur une base publiée, qui détermine l'assiette de résultat distribuable aux actionnaires, les comptes de Vivendi sont tombés dans le rouge au cours du quatrième trimestre 2008, avec une perte de 1,38 milliard d'euros. Cette perte reflète les coûts relatifs à l'intégration d'Activision et de Neuf Cegetel. La forte diminution des charges liées aux opérations de croissance externe devrait contribuer au rebond des résultats attendus en 2009, a indiqué lundi le président du directoire de Vivendi.

Retraité de divers éléments non récurrents, selon les normes établies par le groupe, le résultat net du quatrième trimestre 2008 est ressorti à 656 millions d'euros, contre 585 millions d'euros un an plus tôt. Ce montant dépasse les attentes des analystes interrogés par l'agence Dow Jones, lesquels prévoyaient en moyenne un résultat trimestriel de 610 millions d'euros.