Le taux de chômage grimpe à 7,8% en France

E24 avec AFP

— 

Le taux de chômage au quatrième trimestre 2008 a fortement augmenté à 7,8% de la population active en France métropolitaine (+0,6 point par rapport au troisième trimestre) et à 8,2% si l'on inclut les départements d'outre-mer (DOM), selon des chiffres publiés jeudi 5 mars par l'Insee. La France, qui avait atteint pendant une partie de l'année le plus bas niveau depuis 25 ans, a donc terminé 2008 sur une nette remontée du chômage (+0,3 point sur un an), qui reculait depuis 2006.

Après des taux de 7,2% au premier trimestre, 7,3% au deuxième, 7,2% au troisième (données révisées), le quatrième trimestre a marqué une vive accélération du chômage, plus forte que prévu par l'Insee en décembre. Cela constitue une "détérioriation brutale" due à la crise internationale, a déclaré à l'AFP la ministre de l'Economie et de l'Emploi Christine Lagarde, ajoutant que 2009 serait aussi "difficile". Ce taux de chômage en France métropolitaine au sens du Bureau international du travail (BIT) correspond à près de 2,2 millions de chômeurs (2.197.000) et est une estimation corrigée des variations saisonnières à "plus ou moins 0,4 point", a précisé l'Insee.

Les chiffres de l'Insee permettent de calculer un taux de chômage moyen pour l'année 2008 proche de 7,3% de la population active métropolitaine en données corrigées des variations saisonnières, après 8% en 2007 (données brutes) et 8,8% en 2006. Avec les DOM, le taux de chômage moyen 2008 avoisine 7,7% (8,3% en 2007 et 9,2% en 2006 en données brutes). Toutes les catégories d'âge et de sexe sont concernées par la remontée du chômage, mais dans des proportions variables.

Pour les moins de 25 ans, le chômage a crû fortement en restant presque trois fois supérieur à celui des 25-49 ans, à 21,2% au quatrième trimestre 2007, DOM compris (19% au 4ème trimestre 2007). Le chômage est resté quasiment stable pour les 25-49 ans, à 7,4% et les plus de 49 ans à 5,2%. Les hommes et les femmes ont connu une augmentation similaire du chômage mais la proportion d'hommes sans emploi (7,6%) reste inférieure à celle des femmes (8,8%). Le "sous-emploi" a aussi augmenté au quatrième trimestre, affectant 1,35 million de personnes à temps partiel ou en chômage partiel disponibles pour travailler plus et voulant le faire, soit 5,2% des personnes ayant un emploi contre 4,6% un an auparavant (chiffres sur la métropole). "Cette hausse est principalement liée à la hausse du chômage technique ou partiel", note l'Insee.