Le CAC met fin à une série de baisses et prend 1,78%

— 

Après huit séances de baisse consécutives, la Bourse de Paris rebondit tirée par les valeurs bancaires. Le CAC 40 gagne 1,78% à 2.744,84 points. Après un début de séance assez volatile, le marché parisien a maintenu la tendance haussière malgré une ouverture en demi-teinte à Wall Street. Vers 17h30, le Dow Jones gagnait 1,31% et le Nasdaq 0,75%. Londres termine également dans le vert à +1,73%, tout comme Francfort qui gagne 2,51%. "Après huit séances de baisse, on a un peu de répit", a expliqué un vendeur d'actions parisien interrogé par l'AFP. Le marché fait l'objet d'une "reprise technique, avec des achats à meilleur compte de valeurs récemment malmenées", a-t-il précisé.

Les investisseurs n'ont pas été échaudés par l'effondrement des commandes de biens durables aux Etats-Unis en janvier (-5,2%), bien au-delà des attentes des analystes (-2,5%), ni par le maintien à un niveau très élevé du nombre de nouveaux chômeurs inscrits lors de la semaine achevée le 21 février (667.000). Les valeurs financières soutiennent le marché alors que Barack Obama prévoit d'inclure par précaution dans son projet de budget 250 milliards de dollars supplémentaires pour sauver les banques américaines.

La plupart des valeurs bancaires sont en hausse: BNP Paribas (12,14% à 27,19 euros), Crédit Agricole (8,43% à 8,09 euros), et Société Générale (8,86% à 26,23 euros). Seule Dexia est dans le rouge. La banque a annoncé une perte nette plus forte que prévu pour 2008, suite à de nouvelles dépréciations liées aux "incertitudes croissantes" sur le marché immobilier américain. Natixis a gagné 8,73% à 1,13 euro, après avoir annoncé une perte nette de 2,8 milliards d'euros en 2008 à cause de ses actifs à risque et de l'évolution de ses activités de marché au quatrième trimestre. Ses maisons mères, Banque Populaire et la Caisse d'Epargne ont aussi accusé des pertes.

Pages Jaunes a pris 5,34% à 6,53 euros, après avoir publié des résultats conformes à ses objectifs et affirmé sa capacité à gagner des parts de marché en 2009.

Enfin Vallourec est également dans le rouge. Le groupe a accusé une baisse de 1,9% de son bénéfice net annuel en 2008 et va notamment réduire ses effectifs face à un repli attendu de ses ventes au premier trimestre.