"L'ère du gouvernement omnipotent est de retour"

E24 avec AFP

— 

Après la présentation du budget d'Obama, Les républicains sont "inquiets". "L'ère du gouvernement omnipotent est de retour et les démocrates vous demandent de régler la note", a lancé jeudi 26 février devant la presse le chef de la minorité républicaine de la Chambre des représentants John Boehner.

Certaines mesures n'ont pas lieu d'être en temps de crise, avancent les républicains. "Chacun convient que tous les Américains devraient avoir accès à une couverture santé accessible financièrement. Mais une augmentation des impôts en temps de récession, en particulier pour les petites entreprises, n'est pas la bonne solution", a ajouté John Boehner en faisant allusion aux hausses d'impôts sur les plus riches prévues par l'administration Obama.

En réponse aux critiques des démocrates qui accusent le parti républicain d'être le parti du "non", John Boehner a répondu: "nous ne seront pas le parti du "non" (...) notre but est d'être le parti des meilleures solutions". John Boehner a également exprimé son "inquiétude" à propos de la proposition du président Obama dans le projet de budget d'imposer aux entreprises polluantes l'achat de droits d'émission de gaz carbonique. "Soyons honnêtes et appelons cela un impôt sur le gaz carbonique qui va augmenter les taxes de tous les Américains conduisant une voiture, qui travaillent ou allument la lumière", a-t-il dit.

Le sénateur républicain Judd Gregg de la Commission du budget, qui avait été désigné par Obama pour être le nouveau secrétaire au Commerce avant de se retirer, a également critiqué le projet de budget de la Maison Blanche. "Il y a des augmentations d'impôts massives dans cette proposition, 1.400 milliards de dollars (...) c'est un chiffre énorme", a-t-il dit.

Paul Ryan, membre de la Commission du Budget de la Chambre, a ajouté que les 1.400 milliards de dollars d'augmentation d'impôts allaient se porter sur les "petites entreprises, sur les investissements qui créent les emplois. Des augmentations d'impôts sur l'énergie, sur les Etats où il fait froid et où on doit payer pour chauffer les habitations, et les Etats qui abritent beaucoup d'usines".