Le Dow à un plus bas depuis douze ans

— 

Wall Street a toujours le bourdon. La Bourse de New York est tombée lundi à son plus bas niveau en près de 12 ans, ne cessant de reculer malgré les mesures successives annoncées par les pouvoirs publics américains.

Son indice vedette, le Dow Jones, a lâché 3,4% à 7.114,78 points, son plus bas niveau de clôture depuis mai 1997. L'indice vedette de Wall Street a perdu près de la moitié de sa valeur depuis son record du 11 octobre 2007 (14.198,10 points) et reste sur trois baisses consécutives.

Très suivi des opérateurs, l'indice élargi Standard & Poor's 500, qui avait tenu jusqu'alors au dessus de son plancher de novembre, a fini au plus bas depuis avril 1997, en baisse de 3,5% à 743,33 points.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a cédé 3,7% à 1.387,72 points, au dessus de son niveau de clôture du 20 novembre dernier.

Ce mardi matin, la Bourse de Paris s'enfonce pour la septième séance consécutive. Peu après l'ouverture, à 09h30, le CAC 40 perd 0,77% à 2.706 points.

Après une tentative de rebond en début de séance, la première place financière mondiale est rapidement repartie à la baisse. "Les ventes entraînent les ventes", a soupiré Mace Blicksilver, directeur du gestionnaire d'actifs Marblehead Asset Management, cité par l'AFP.

Le Trésor a présenté un nouveau plan d'aide au secteur bancaire et a ouvert la porte à une éventuelle nationalisation des banques, tout en laissant entendre que cette option restait un dernier recours. Selon plusieurs rapports de presse, les autorités envisagent de convertir en actions ordinaires leurs actions préférentielles dans Citigroup, pour posséder entre 25 à 40% du capital de la banque, alors que le marché craignait une nationalisation totale. Le titre a rebondi de 9,74% à 2,14 dollars après une chute de 41% la semaine dernière.

Bank of America, qui avait aussi fait l'objet de rumeurs de nationalisation, a repris 3,2% à 3,91 dollars. "C'est une bonne nouvelle pour les banques que le gouvernement approuve le versement de nouvelles aides, mais ce n'est pas positif pour le marché que les banques aient besoin de nouvelles aides", a expliqué Marc Pado, analyste de Cantor Fitzgerald, à l'AFP.

"Il reste trop de questions", a estimé de son côté Art Hogan, de Jefferies. "Tant qu'on n'aura pas plus de détails sur les solutions que veut apporter le gouvernement à la crise qui touche les banques, le marché aura du mal à rebondir".

Les investisseurs restent dans l'attente de détails du plan du Trésor pour sortir le système bancaire de la crise, en particulier sur le prix qui sera payé aux institutions financières pour leur racheter les actifs douteux qui empoisonnent leurs bilans.

La banque JPMorgan Chase a perdu 2% à 19,51 dollars, le groupe de services financiers American Express 6,3% à 12,15 dollars. Le conglomérat General Electric, empêtré dans les difficultés de sa filiale financière, a chuté de 5,7% à 8,85 dollars.

En attendant que le système financier retrouve un fonctionnement normal, les analystes jugent que les multiples mesures annoncées par l'administration Obama depuis son entrée en fonction (plan de relance de près de 800 milliards de dollars, plan pour l'immobilier) n'auront qu'un effet limité et que la récession va s'intensifier.

Sensibles à la conjoncture économique, les valeurs technologiques ont encore reculé, à l'image du groupe informatique Hewlett-Packard, dont le titre a cédé 6,3% à 29,28 dollars, ou du fabricant de microprocesseurs Intel, en repli de 5,6% à 12,06 dollars.

Peu de secteurs ont été épargnés. Parmi les valeurs liées aux matières premières, qui pèsent très lourd dans les indices, le pétrolier ExxonMobil a lâché 2,7% à 69,30 dollars et le géant de l'aluminium Alcoa 7,6% à 5,81 dollars. Dans la distribution, Wal-Mart, l'une des rares valeurs à avoir progressé en 2008, a perdu 2,3% à 48,88 dollars.

Exception notable, Ford a bondi de 9,5% à 1,73 dollar. Le constructeur automobile a conclu un accord avec le syndicat UAW sur des modifications aux prestations retraites des ouvriers. Dans son sillage, General Motors a pris 1,7% à 1,80 dollars.