L'Allemagne va négocier le cas d'Opel aux Etats-Unis

J.S. avec AFP

— 

Le ministre allemand de l'Economie Karl-Theodor zu Guttenberg est parti dimanche 15 mars pour les Etats-Unis, pour

des entretiens centrés sur le sauvetage
du constructeur automobile Opel, filiale du géant américain General Motors (GM). Karl-Theodor zu Guttenberg devait rencontrer lundi 16 mars à New York des représentants du secteur bancaire, avant de gagner Washington mardi pour des entretiens avec le secrétaire au Trésor Tim Geithner et le patron de GM, Rick Wagoner. Le gouvernement allemand s'est récemment donné "plusieurs semaines" pour décider d'une éventuelle aide à Opel, qui emploie près de 26.000 personnes en Allemagne et 50.000 en Europe.

Opel réclame 3,3 milliards d'euros
d'aides publiques pour être sauvé de la faillite et
menace de licencier 11.000 salarié
, mais les pouvoirs publics allemands veulent éviter à tout prix que ses aides éventuelles servent à
renflouer la maison-mère
américaine du constructeur. "Avant de décider, nous devons prendre connaissance d'importantes décisions aux Etats-Unis, savoir ce que compte faire la maison-mère d'Opel, General Motors", avait souligné cette semaine la chancelière.

Dans une interview dimanche 15 mars à la radio, Angela Merkel a indiqué qu'il importait désormais de "vérifier de quelle manière General Motors pourrait se retirer un peu, donner plus de libertés à Opel". Lorsqu'un investisseur fiable aura été trouvé, "nous verrons si nous pouvons apporter notre aide", par exemple sous forme de garanties, a ajouté la chancelière, qui avait indiqué cette semaine que son gouvernement soutiendrait Opel seulement si l'entreprise "avait un avenir".