Malgré la crise, les salaires progresseront en 2009

JBX avec AFP

— 

Après avoir augmenté de 2,7% en France en 2008, les rémunérations "devraient connaître un rythme de progression moins dynamique mais néanmoins supérieur à 2%" en 2009, estime la Banque de France (BdF) dans une étude publiée lundi 9 mars. En pleine crise économique, l'institution y voit un des facteurs permettant d'écarter les craintes d'une "spirale déflationniste".

S'il est "probable que les Etats-Unis, ainsi que plusieurs pays de la zone euro connaîtront une inflation négative (c’est-à-dire une baisse du niveau général des prix en rythme annuel) pendant un ou plusieurs mois au milieu de l’année 2009", "cette situation devrait être temporaire", estime-t-elle. "Plusieurs mois d'inflation négative ne suffisent pas à produire

une déflation
. Pour cela, il faudrait que se développe un processus continu et auto-entretenu de baisse du niveau général des prix", or "il existe actuellement plusieurs freins et obstacles puissants à l'apparition d'un tel processus", ajoute la BdF.

Une spirale déflationniste se traduit par une course poursuite à la baisse des salaires et des prix, la baisse des revenus entraînant un repli de la consommation. Ce cercle vicieux est alors autoentretenu par la baisse des profits des entreprises et la hausse du chômage. Selon la dernière note de conjoncture de l'Insee, en décembre dernier, le salaire moyen par tête devait augmenter de 2,8% en 2008. Mais en termes réels, c'est-à-dire corrigé de l'inflation (2,8% en moyenne l'an dernier), il aurait donc stagné dans le secteur marchand non agricole et même diminué dans les administrations publiques (-0,5%).