Lafarge soutenu par ses actionnaires

— 

Lafarge annonce ce vendredi 20 février une augmentation de capital de 1,5 milliard d'euros et de nouvelles mesures d'économies pour faire face à la détérioration très brutale de l'activité.

"Dans un contexte économique et financier sans précédent, notre objectif est de réduire rapidement notre dette en 2009", affirme le groupe dans un communiqué de presse.

Porté par la vague d'industrialisation des pays émergents, Lafarge avait repris l'égyptien Orascom Cement pour 8,8 milliards d'euros, ainsi que 1,4 milliard d'euros de dettes, fin 2007. Avec la détérioration de la conjoncture économique, et malgré de nombreux plans de réduction des coûts, l'endettement de Lafarge est passé en un an de 8,7 à 16,9 milliards d'euros.

L'augmentation de capital sera souscrite par les deux principaux actionnaires de Lafarge, l'homme d'affaires belge Albert Frère et l'égyptien Nassef Sawiris, indique le cimentier dans un communiqué de presse.

Saint-Gobain, autre grand acteur des matériaux de construction, a également annoncé une augmentation de capital, alors que ses résultats ont reculé l'an dernier.

Chez Lafarge, le bénéfice net du quatrième trimestre 2008 a chuté de 89% à 40 millions d'euros. Hors éléments exceptionnels, la baisse du résultat net est de 25% au cours du trimestre. Parmi les charges constatées au cours du trimestre, Lafarge a opéré une dépréciation de ses activités ciment au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, représentant une perte de 250 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires trimestriel a progressé de 7% à 4,6 milliards d'euros, mais le résultat d'exploitation de Lafarge a baissé de 6% à 753 millions d'euros, en raison d'un effondrement des résultats des activités granulats et béton et plâtre, cette dernière activité étant devenue déficitaire au cours du trimestre.

"L'accélération du ralentissement économique et les mauvaises conditions climatiques ont eu un impact négatif sur les volumes au quatrième trimestre, alors que les prix sont restés bien orientés", explique Lafarge. Lors de l'annonce de ses résultats du troisième trimestre, le groupe avait souligné une brutale chute de la demande, l'amenant à renoncer à ses objectifs financiers pour 2010 et au-delà.