Le nouveau Natixis a du mal à convaincre

Jocelyn Jovène

— 

Les nouveaux habits de Natixis n'impressionnent pas la Bourse. "Les dirigeants de Natixis rencontrent actuellement les investisseurs et leur message a du mal à passer", indique un analyste financier. Natixis a confirmé à E24 la tenue de rencontres ("roadshows") entre son équipe de direction et les investisseurs à Paris, vendredi 27 février et lundi 2 mars. Une autre rencontre est prévue à Londres mercredi. Une porte-parole de la banque n'a pas souhaité faire de commentaire sur l'évolution du cours de Bourse.

Pour certains analystes, le groupe bancaire n'a apparemment pas réussi à rassurer les investisseurs sur un certain nombre de points critiques. Le portefeuille d'actifs géré en extinction est l'un des principaux sujets d'interrogation. Natixis a créé une structure de cantonnement où la banque a logé 31 milliards d'euros d'actifs. "En passant ce portefeuille à la paille de fer, certains confrères estiment que la banque pourrait constater des dépréciations comprises entre 1,5 et 3 milliards d'euros", explique un analyste. En 2008, les pertes liées à ce portefeuille ont atteint 3,5 milliards d'euros.

"Les défis sont multiples sur Natixis: outre les pertes potentielles liées aux titres cantonnés, le marché a du mal à voir quelle sera la rentabilité de la banque de financement et d'investissement pérenne. En outre, certains métiers, comme la Coface, s'essoufflent, tandis que les réseaux n'ont pas bien performé", renchérit un autre analyste.

L'autre grande question concerne l'impact de la fusion entre les organes centraux des Caisses d'Epargne et des Banques Populaires. "Tant que les deux établissements n'étaient pas fusionnés, ils bénéficiaient d'une dérogation pour lancer une offre sur Natixis. Avec la fusion, certains pensent qu'il y a de plus en plus de chances d'envisager un rachat. Mais les investisseurs pensent que ce dernier, s'il y a lieu, pourrait se faire dans des conditions guère attrayantes pour les minoritaires", ajoute un autre analyste. " La banque ne fera pas faillite, mais elle ne fera pas des étincelles non plus", ajoute ce professionnel. De fait, depuis l'annonce des résultats, le titre Natixis a encore perdu 20% de sa valeur.