Lagarde prête à venir en aide aux assureurs

E24 avec agence

— 

La ministre française de l'Economie, Christine Lagarde, a souligné vendredi 6 mars que des risques systémiques pourraient justifier une intervention de l'Etat auprès des assureurs. "Si les sociétés [d'assurance] devaient se trouver dans une situation de risque systémique… Les mêmes principes s'appliqueraient", a-t-elle déclaré sur Radio Classique pour justifier une aide éventuelle de l'Etat.

Christine Lagarde a néanmoins jugé que les compagnies françaises "ont jusque-là bien résisté et ont bien géré leurs opérations". Touchés par la crise, les assureurs français Axa, CNP Assurances et Groupama sont en meilleure position que certains de leurs concurrents, comme l'allemand Allianz ou le suisse Swiss Re. Les craintes des investisseurs concernant le secteur sont toutefois persistantes, en raison de la très mauvaise santé de l'assureur américain AIG.

En référence aux propos de Jean-Claude Trichet sur d'éventuelles mesures d'assouplissement quantitatif, Christine Lagarde s'est par ailleurs félicitée que la BCE envisage des voies d'action "non conventionnelles" pour juguler la crise. "Ce qui intéressant aujourd'hui, c'est de constater que, après la Fed, maintenant la Banque d'Angleterre, et peut-être la BCE -c'est en tout cas ce que laisse supposer les déclarations des uns et des autres- envisagent des mesures un petit peu alternatives et non conventionnelles" pour faire face à la crise, a ajouté Christine Lagarde.

La BCE, qui a décidé le 5 mars d'abaisser son principal taux directeur d'un demi-point à 1,50%, a reconnu qu'elle étudiait de possibles mesures d'assouplissement quantitatif, politique monétaire hors normes visant à relancer l'économie via la création massive de monnaie.

La Fed et la Banque d'Angleterre ont pour leur part déjà décidé d'intervenir directement sur les marchés financiers en rachetant des emprunts d'Etat et des obligations d'entreprises aux banques.