Soupçons de restructuration chez Michelin

Guillaume Guichard

— 

Chez Michelin, les syndicats FO et CGT sont inquiets. La direction a réuni les délégués syndicaux mardi dernier afin de négocier un "accord de méthode", a indiqué Jacques Chambon, délégué général syndical CGT Michelin, confirmant une information de l'Usine Nouvelle. "Ca ne sent pas très bon", a jugé le responsable syndical. En effet, "la négociation de cet accord permettrait à la direction de baliser le terrain pour arriver à une restructuration, voire réduire les effectifs".

La direction ne voit pas les choses de la même manière. "La négociation de l'accord de méthode a bien lieu mais il n'y a pas de plan social à l'ordre du jour", a tenu à préciser d'emblé une porte-parole du groupe Michelin. Selon la direction, les discussions entre direction et syndicats s'inscrivent en fait dans le cadre d'une négociation plus large sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, qui dure depuis 2007. "Pour l'instant, il s'agit de définir la méthode qui permettrait de conduire des réorganisations, comme des mouvements de personnel ou de production entre différents sites", a encore expliqué la porte-parole.

Michelin doit trouver une solution, compte tenu de sa situation difficile. Le groupe, qui a subit une chute de 5,6% de sa marge d'exploitation en 2008, anticipe une "forte baisse" des marchés du pneumatique en 2009. Et espère une reprise du marché au second semestre.

Syndicats et direction doivent se retrouver le 2 avril prochain à Paris afin de continuer les discussions sur cet "accord de méthode".