L'Union européenne ne forcera pas les Etats à cultiver le maïs OGM

— 

Les pays de l'UE ont refusé lundi 2 mars de forcer l'Autriche et la Hongrie à cultiver le

maïs génétiquement modifié
MON 810 et désavoué la Commission européenne, lors d'une réunion de leurs ministres de l'Environnement à Bruxelles, a indiqué la présidence tchèque de l'UE. Quatre pays seulement -Royaume-Uni, Pays-Bas, Suède et Finlande- ont soutenu la proposition de la Commission européenne demandant
la levée des clauses de sauvegarde
décidées par l'Autriche et la Hongrie.

Tous les autres pays ont voté contre, a-t-on indiqué de source diplomatique. Un peu plus tôt dans la matinée, l'Allemagne avait annoncé son intention de voter contre. "L'Allemagne votera probablement contre la levée des restrictions, sauf si la Commission fournit de nouveaux éléments convaincants. Mais je ne vois pas quels arguments elle peut présenter", avait déclaré Sigmar Gabriel, le ministre de l'Environnement à son arrivée à Bruxelles. Sigmar Gabriel a insisté sur les inquiétudes de l'opinion publique face aux OGM. "Je ne vois pas pourquoi on devrait suivre les intérêts d'une seule entreprise américaine et fâcher les citoyens des Etats membres", a expliqué le ministre.

La Commission appellait les ministres de l'Environnement de l'UE

à voter pour la levée des "clauses de sauvegarde"
mises en place par ces deux pays, et entendait s'attaquer dans les semaines qui viennent à des interdictions similaires
en France
et en Grèce. Le vote s'effectuait à la majorité qualifiée, atteinte avec 255 voix.