Compin sur les rails d'une croissance rapide

Jocelyn Jovène

— 

Le fabricant d'équipements ferroviaires Compin, spécialiste des sièges, cabines, plafonds et systèmes d'éclairage, est reparti pour quelques années de croissance rapide. C'est en tout cas ce que croient son dirigeant, Marc Granger, un ancien d'Alstom, et son nouvel actionnaire, Barclays Private Equity, qui a racheté l'entreprise à un autre fonds, LBO France. Ce dernier restera actionnaire minoritaire de Compin, tout comme l'équipe de dirigeants actionnaires, qui s'élargit au passage.

Compin a été racheté sur la base d'une valeur d'entreprise de 100 millions d'euros, montant qui inclut 45 millions de dette, et représente 11 fois son excédent brut d'exploitation. Cette transaction constitue cependant une exception dans un marché des opérations à effet de levier qui est quasiment fermé pour les mois qui viennent.

Après avoir triplé son chiffre d'affaires en 3 ans, à 115 millions d'euros au 30 juin 2008, la direction de Compin veut aller vite. Elle vise 145 millions d'euros au terme de l'exercice clos le 30 juin 2009 et entre 400 et 500 millions d'euros de chiffre d'affaires dans 4 ans. L'entreprise a un "très beau carnet de commandes qui représente deux ans de chiffre d'affaires", explique une source proche de la transaction.

Le fait que cette opération se soit conclue ne veut pas dire pour autant que les fonds de private equity vont se remettre à réaliser des transactions en 2009, après une année 2008 particulièrement difficile. Le "LBO est une denrée rare", explique un banquier. "Il n'y a pas beaucoup d'opérations de taille significative (au-dessus de 50 millions d'euros). Les conditions bancaires se sont fortement durcies, sur les ratios financiers notamment, mais les banques surveillent de plus près le déroulement des plans d'affaires", ajoute-t-il. A cela s'ajoute un coût de la dette plus important.

La vente de Compin, comme la reprise de Martine Spécialités par les fonds Céréa Capital, Banexi et l'équipe de direction, fait partie des rares transactions réalisées depuis le début de l'année sur le marché français du private equity.

LBO France est conseillé par la banque d'affaires Close Brothers. La dette bancaire est fournie par BNP Paribas, Société Générale, LCL et Mezzanis.