Quand la crise pèse sur les couples de traders

Solenn Poullennec

— 

Avant la crise, Megan Petrus était une femme comblée. Cette avocate de 27 ans et son petit-ami trader menaient une vie de noceurs à New York. Mais lorsque les cours de bourse se sont mis à plonger, le moral de son compagnon a suivi.

Lassée, Megan décide de se confier à sa meilleure amie Laney Crowell. A peine a-t-elle le temps de lui expliquer ses états d’âmes que la jeune journaliste de mode se met à décrire les sautes d’humeur de son petit-copain, lui aussi financier. Après quelques heures de discussions, les deux jeunes femmes tombent d’accord. Les déboires de leurs couples n’ont qu’une origine: la récession. Une fois cette coupable identifiée, Megan et Laney prennent les devants. Faute d’une solution-miracle pour sauver leur vie sentimentale, elles lancent un blog , révélé par le New York Times .

Baptisé, "Sortir Avec Un Banquier Anonyme" (pour Dating A Banker Anonymous ou DABA), il recueille depuis sa création en septembre les témoignages des petites-copines, femmes et maîtresses de traders. Le ton humoristique est donné dès la page d’accueil: "DABA est un endroit sûr, où loin de la surveillance des féministes, les femmes viennent partager leurs histoires larmoyantes sur la façon dont la crise des crédits a affecté leurs couples".

De temps à autre, ces victimes collatérales de la crise, se retrouvent même autour d’un verre. Lors de ces réunions ou sur le blog, elles n’hésitent pas à raconter en détails leurs déceptions amoureuses. "Je vis désormais dans l’univers des pas-de-coup-de-téléphone-après-10-heures-parce-que-je-dois-me réveiller-à-six-heures", raconte l’une. Et de poursuivre à propos de son petit-copain: "Son humeur est alignée sur le taux de clôture de la bourse".

Des posts résument avec humour la situation. Le jour où le Dow Jones perd près de 5%, le blog titre: "Niveau d’alerte quotidien rouge: qu’importe si vous avez prévu d’aller au restaurant avec votre petit-copain, décalez le rendez-vous, je répète, décalez le rdv!"

Lors de l’investiture de Barack Obama, les bloggeuses étaient en revanche plus rassurantes: "Profitez de ce bonheur passager et prévoyez des sorties adaptées à la crise avec votre copain, comme boire un cocktail à moitié prix ou aller voir Slumdog Millionaire en matinée".

Certaines contributrices du blog n’hésitent pas à se plaindre des insuffisances de leurs petit-copains en matière sexuelle depuis le début de la crise. "Soit il était trop préoccupé par le boulot, soit il buvait pour l’oublier. Dans les deux cas, je n’avais pas la vie sexuelle dont je rêvais", témoigne Lauren sans pudeur. Les préoccupations des bloggeuses dépassent souvent la sphère sentimentale. Elles ne le cachent pas, sortir avec un trader représente d’énormes avantages financiers. Alors quand les profits se font moins juteux, le niveau de vie en pâtit. "Les coups de téléphone restaient sans réponse, les sorties ont été annulées et les places de ballets ont été revendues plutôt que de m’être gracieusement offertes", raconte une internaute anonyme.

Mais toutes les internautes ne se lamentent pas de cette situation, bien au contraire. Depuis qu’elle a rompu avec son copain financier, l’une d’elle a rencontré un "latin lover" bien plus romantique. "Cette récession, offre à chacun deux années de célibat supplémentaires. Savourez-les!", conclue-t-elle.