Une nouvelle journée de mobilisation se dessine après le 18 février

E24 avec AFP

— 

Selon Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, une nouvelle journée de mobilisation devrait être menée "après le 18 février", date à laquelle les syndicats seront reçus par Nicolas Sarkozy. "Tous les syndicats sont déçus, nous allons donc discuter des modalités d'une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle. Elle se dessine après le 18 février, date du rendez-vous avec le Chef de l'Etat car rien n'indique que nous en sortirons avec des réponses", affirme le syndicaliste dans Le Journal du Dimanche.

Les huit confédérations syndicales, qui ont signé une plate-forme de revendications communes, se retrouvent lundi pour décider des suites à donner aux manifestations du 29 janvier et aux propositions émises jeudi 5 février par le chef de l'Etat, qui les a conviés à une rencontre le 18 février.

"Nicolas Sarkozy veut poursuivre ses réformes mais la crise les invalide, les choses ont changé", affirme Bernard Thibault. Le Chef de l'Etat, souligne-t-il, n'a pas apporté de réponse lors de son intervention sur "la question du pouvoir d'achat". "Le sujet porte sur les salaires, dit-il, pour l'instant, il n'y a pas de réponse, je n'ai rien contre discuter de la fiscalité, mais c'est un sujet global et qui prend du temps, or les mesures pour le pouvoir d'achat s'imposent tout de suite".

Sur le partage des profits, évoqué par Nicolas Sarkozy, "cette promesse a été déjà formulée, sans effet", dit-il, "ce sujet n'est pas inintéressant, mais il concerne seulement les entreprises qui ont des actionnaires". "Le Medef a demandé jeudi matin la suppression de la taxe professionnelle, il a obtenu satisfaction le soir même, nous, nous attendons encore", poursuit-il.