Merck va fusionner avec Schering-Plough

Jocelyn Jovène

— 

Deuxième méga-deal dans la pharmacie mondiale depuis le début de l'année. Après le rapprochement Pfizer-Wyeth et alors que Roche a relevé son offre de rachat sur Genentech, Merck annonce ce lundi qu'il va débourser 41,1 milliards de dollars pour prendre le contrôle de Schering-Plough et donner naissance à un groupe pharmaceutique réalisant un chiffre d'affaires de 47 milliards de dollars. Cette opération montre que les méga-fusions restent la voie privilégiée des laboratoires américains pour trouver des relais de croissance et boucher les pertes de brevets qui affectent leurs portefeuilles de médicaments vedettes.

Merck a dégagé l'an dernier un résultat net de 7,8 milliards de dollars pour un chiffre d'affaires de 23,9 milliards de dollars. Ses médicaments vedettes sont le Cazaar/Hyzaar, un traitement contre l'hypertension artérielle, le Fosamax (ostéoporose), le Singulair (asthme), le Januvia (diabète), ainsi que le vaccin Gardasil (cancer du col de l'utérus). Au cours des quatre prochaines années, des médicaments représentant 37% du chiffre d'affaires de Merck devraient tomber dans le domaine public, estiment certains courtiers.

Le groupe a réaffirmé les prévisions pour 2009 communiquées début février lors de l'annonce de ses résultats annuels, lesquelles faisaient état d'une certaine prudence pour l'année en cours. A l'époque, le directeur général de Merck, Richard Clark, avait indiqué que son groupe étudiait un large spectre d'opération, y compris des méga-fusions. "Je ne pense pas que dans le monde d'aujourd'hui, quelque dirigeant que ce soit n'exclut pas tout type de transaction", avait-il alors déclaré.

L'an dernier Schering-Plough a réalisé un chiffre d'affaires de 18,5 milliards de dollars et a dégagé un bénéfice net de 1,6 milliard de dollars. Ses médicaments vedettes ou "blockbusters" du groupe sont l'anti-inflammatoire Remicade, Nasonex, un traitement contre la rhinite et Temodar, un traitement contre les tumeurs au cerveau. Les deux groupes commercialisent conjointement le Zetia et le Vytorin, deux médicaments contre le cholestérol qui ont représenté un chiffre d'affaires de respectivemenet 2,8 et 2,4 milliards de dollars en 2008.

Dans le cadre de la transaction, les actionnaires de Schering-Plough recevront 0,5767 actions Merck et 10,50 dollars en actions pour chaque titre apporté. Sur la base des cours de Bourse de vendredi dernier, l'opération valorise l'action Schering-Plough à 23,61 dollars. La transaction est financée pour 44% en numéraire et 56% en actions Merck. Merck a obtenu un financement bancaire de la part de la banque J.P. Morgan.

L'opération, qui a reçu l'accord des conseils d'administration des deux entreprises, devrait avoir un effet légèrement positif sur le bénéfice par action de Merck dès la première année, annonce le groupe basé à Whitehouse Station dans un communiqué de presse. Le groupe estime à 3,5 milliards de dollars les synergies de coûts issues du rapprochement. Ce dernier doit donner naissance à un groupe disposant d'un portefeuille de produits plus vaste et d'un budget de R&D plus significatif. Les deux laboratoires étaient depuis l'an 2000 partenaires dans une coentreprise pour développer de nouveaux médicaments dans la gestion du cholestérol et les maladies respiratoires.

J.P. Morgan est le banquier-conseil de Merck dans l'opération. Goldman Sachs et Morgan Stanley interviennent aux côtés de Schering-Plough. Ce groupe conservera le nom de l'acquéreur.