Nouvelles dépréciations en vue pour UBS et Credit Suisse

E24 avec AFP

— 

La crise n'est pas finie pour UBS et Credit Suisse. Les deux premières banques suisses pourraient subir en 2009 des dépréciations supplémentaires de 9,7 milliards de francs suisses (6,5 milliards d'euros) dans les crédits aux entreprises, a affirmé dimanche la presse helvétique. Dans le cas d'une récession prononcée, qui entraînerait une hausse des faillites de sociétés et donc une augmentation des défauts de paiements sur les crédits, UBS risque de devoir procéder à des dépréciations d'actifs supplémentaires de 4,8 milliards, a estimé le journal dominical Sonntagszeitung.

Pour Credit Suisse, ces dépréciations pourraient s'élever à 4,9 milliards, a ajouté le journal zurichois, qui s'appuie sur une étude britannique dans le secteur du crédit. "Si l'économie reste au fond du trou pendant deux à trois ans, les dépréciations d'actifs pourraient atteindre de 20 à 30 milliards", selon un banquier, cité par le Sonntagszeitung. Dans le cas d'une récession plus courte, ces dépréciations atteindraient cette année seulement 2,5 milliards pour les deux établissements, soit 1 milliard pour UBS et 1,5 milliard pour Credit Suisse.

Face au risque de défaut de paiement, qui augmente au fur et à mesure de l'aggravation de la crise économique, les deux groupes sont assis sur une véritable bombe à retardement. Le total des encours de crédits, destinés aux sociétés et aux particuliers, atteint 237 milliards à Credit Suisse et 340 milliards à UBS, selon le journal. Les deux établissements ont révélé des pertes historiques pour l'année 2008, à la suite de la crise du "subprime", crédits hypothécaires à risque. UBS a ainsi annoncé mardi 10 février avoir subi

une perte nette de 19,7 milliards
, la plus importante jamais réalisée dans la Confédération. Credit Suisse a publié mercredi 11 une
perte nette de 8,2 milliards
.