<i>Le Monde</i> évolue sa formule et développe son offre de fin de semaine

E24 avec AFP

— 

Le Monde lancera lundi une "formule rénovée" destinée à affirmer sa "singularité et à s'adapter aux nouveaux usages de ses lecteurs, qui disposent de davantage de temps pour la lecture le week-end. Le journal se veut plus rythmé et lisible, alternant formats courts et articles d'approfondissement. Les articles comporteront de nombreux renvois au site internet. Le Monde sera "plus dense" en semaine, sur 26/28 pages. Les éditions datées de samedi et de dimanche-lundi seront plus étoffées, sur une trentaine de pages. Selon les chiffres déposés à l'OJD, les ventes ont reculé de 5,3% de janvier à novembre 2008 par rapport à la même période de l'année précédente, à 301.445 exemplaires.

Le groupe Le Monde négocie par ailleurs un prêt de 25 millions d'euros auprès des banques pour traverser la crise économique, après avoir surmonté de graves difficultés financières en 2008. "On a besoin d'argent frais pour passer la période (de crise économique). Il y a deux solutions: soit faire une recapitalisation accélérée dans de mauvaises conditions, soit passer par le biais de ce prêt qui donne une phase transitoire complémentaire", a expliqué une source proche du dossier à l'issue d'un conseil de surveillance.

Le groupe est en cours de négociations avec les Caisses d'Epargne pour obtenir le rééchelonnement sur 18 mois du remboursement de 5 millions d'euros d'obligations remboursables en actions (ORA), dont il devait s'acquitter début janvier. Selon Les Echos, qui a dévoilé l'information, le prêt négocié auprès de BNP Paribas et de Natixis, serait "gagé" sur l'hebdomadaire Télérama, un des fleurons du groupe. Les conditions de ce prêt seront examinées lors d'un prochain conseil de surveillance début mars.Interrogée par l'AFP, la direction du Monde n'a pas souhaité commenter ces informations. Selon une source proche du dossier, cette nouvelle créance, qui devra être remboursée dans deux ans, ouvre le chantier de la recapitalisation du Monde.

En parallèle avec une crise de gouvernance, le sujet avait entraîné un profond conflit entre les actionnaires internes et externes du groupe en 2007 et 2008. Les actionnaires internes étaient opposés à un projet de prise de contrôle par deux actionnaires, Lagardère et l'espagnol Prisa, par le biais d'une recapitalisation du groupe lourdement endetté. Les deux groupes envisageaient de racheter immédiatement 75 millions d'euros d'ORA, arrivant à échéance en 2012.

Fortement déficitaire, Le Monde a engagé en 2008 un plan de redressement drastique, qui a abouti à des cessions d'entités et au départ de 110 salariés. Le groupe, qui réunit le quotidien, des sites internet et un ensemble de magazines, a annoncé fin décembre qu'il prévoyait une perte d'exploitation de 4,7 millions d'euros en 2008. Le plan de départs volontaires a représenté un coût de 17 à 20 millions d'euros, entièrement imputé sur l'exercice 2008. Cependant, les derniers chiffres de la direction concernant le coût de ce plan seraient plus élevés, selon une source proche du dossier. Au total, la perte nette du groupe en 2008 atteindrait 36 millions d'euros, selon le site internet Médiapart.