Les PME dans le rouge

E24 avec AFP

— 

Durcissement des conditions de crédit, recul des carnets de commandes, les PME sont étranglées. Résultat, les défaillances d'entreprises ont augmenté de 17% au troisième trimestre en France, avec 11.407 procédures, un niveau jamais atteint depuis onze ans, d'après une étude du cabinet Altares.

Hormis l'agriculture, l’ensemble des secteurs sont dans le rouge au troisième trimestre en France. L'immobilier est totalement sinistré avec une hausse des faillites de 55%. Les défaillances progressent aussi dans l'industrie (+23%), les services aux particuliers (+22%), le bâtiment (+13%), le commerce (+11%), et explosent dans le transport (+49%).

"Les entreprises se sont trouvées confrontées à de graves problèmes de trésorerie après l'été, en raison notamment du resserrement du crédit bancaire", les banques devenant plus frileuses avec la crise, explique Thierry Millon, responsable des études chez Altares.

Dernière victime en date: la société Uniross, qui fabrique des batteries rechargeables pour le grand public. Affectée par une baisse de la consommation et un "manque de trésorerie pour lancer ses nouvelles offres", elle a été placée sous procédure de sauvegarde pour lui éviter de mettre la clé sous la porte.

Mauvaise nouvelle: alors qu'elles touchaient d'abord les jeunes entreprises en 2007, les défaillances se propagent aux PME depuis le début 2008. Et touchent désormais les entreprises de plus de 100 salariés. En effet, ces entreprises souvent orientées à l'international sont touchées de plein fouet par le ralentissement de l'activité mondiale.

"Au premier semestre, les dépôts de bilan ont augmenté de 10% en Ile-de-France et de 20% en Seine-Saint-Denis" (centre), relève Pierre Simon, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris. Seule la Basse-Normandie tire son épingle du jeu qui ne perd "que" 6%.