Fidelity Investments plie mais ne casse pas

Julien Beauvieux

— 

Fidelity Investments, le géant américain de la gestion de fonds communs de placement, a enregistré un repli de 18% de son résultat opérationnel en 2008, dans le sillage de la nette correction des marchés financiers, mais a bénéficié de son fort positionnement sur les marchés monétaires et des importants volumes d'ordres traités par sa division courtage.

Le chiffre d'affaires du groupe a affiché un repli de seulement 3,7%, à 12,94 milliards de dollars, selon l'agence Associated Press. Une résistance due notamment à la diversification de Fidelity Investments dans les plans d'épargne retraite et la gestion des participations salariales, selon la société.

Le résultat opérationnel a baissé de 18% en 2008, à 2,36 milliards de dollars. Les comptes de Fidelity Investments, qui est détenu par des capitaux privé et n'a donc pas d'obligation de publication, ont pâti de la baisse des frais de gestion calculés sur la base des encours sous gestion, et de la performance en berne de la plupart de ses fonds.

Les actifs sous gestion ont en effet enregistré une nette correction de 22%, à 1.250 milliards de dollars, dans le sillage de la baisse des marchés. En incluant les sommes placées en dépôt par les clients, pour lesquelles le groupe facture des frais de tenue de compte et d'autres services administratifs, l'ensemble des actifs sous administration a baissé de 23%, à 2.600 milliards de dollars, précise Fidelity Investments.

Les fonds gérés par la division investissement de Fidelity Investments n'ont enregistré une meilleure performance que 56% de ses concurrents, a indiqué le groupe, contre un niveau de 73% en 2007. Le déclin est encore plus prononcé pour les fonds actions haute performance, qui n'ont fait mieux que les concurrents dans 36% des cas, contre 72% en 2007.

Malgré tout, Fidelity Investments est en "bien meilleure forme que la plupart des autres acteurs de l'industrie", selon le rapport. Le groupe a notamment amélioré sa performance dans les fonds investis sur les marchés monétaires. Dans un contexte de fuite vers la qualité, ces fonds ont battu 87% de leurs concurrents, contre 84% en 2007.

La division courtage de Fidelity Investments a en outre bénéficié de la volatilité des marchés financiers, relève le Wall Street Journal. Une moyenne de 454.000 ordres ont été traités chaque jour en 2008, soit 22% de plus qu'en 2007.