33700: le numéro anti-spam par SMS

— 

Renforcer la protection du consommateur face aux abus du secteur des télécoms. C'est le sujet sur lequel le secrétaire d'Etat à la Consommation Luc Chatel et la Fédération française des télécoms ont planché. Plusieurs mesures pour protéger le consommateur se dégagent dont la principale: la mise en place d'un numéro d'alerte contre les SMS indésirables, le 33700. "Nous avons voulu donner un signal fort", a expliqué le président de la Fédération, Frank Esser, précisant que le secteur est "assez jeune" et doit "traiter plus de 100 millions de contrats par an".

Ce "dispositif anti-arnaque par SMS" sera opérationnel à partir du 15 novembre et permettra au consommateur de signaler ces messages frauduleux, par l'envoi de SMS au 33700. "De plus en plus d'utilisateurs de mobiles reçoivent sur leur téléphone des SMS indésirables, les poussant à composer abusivement des numéros surtaxés sans aucun service en contrepartie", a expliqué Luc Chatel. La plateforme de signalement avertit les opérateurs qui prennent ensuite des sanctions contre les expéditeurs de ces spams, allant jusqu'à la fermeture des numéros surtaxés.

Autre litige qui oppose souvent les consommateurs aux opérateurs: les changements de ligne non-sollicités, qui aboutissent à une interruption des services (internet, téléphonie, télévision) alors que l'usager n'a effectué aucune démarche pour résilier son contrat. Ils se produisent notamment lors d'une erreur de saisie du numéro de téléphone à l'occasion d'un nouvel abonnement. Les opérateurs se sont engagés à rétablir gratuitement la ligne en sept jours ouvrés maximum et vont élaborer un barème pour indemniser le client.