"Tout le monde voudrait porter plainte contre Google"

Propos recueillis par Guillaume Guichard

— 

Google, c'est un nouveau Microsoft. A savoir un géant qui abuse de sa position dominante, avance Christine A. Varney, future responsable de la concurrence au département de la Justice américain. Dominique Piotet, président Etats-Unis de L'Atelier, cellule de veille de BNP Paribas spécialisée dans les nouvelles technologies, n'est pas d'accord. Il explique pourquoi à E24.

Google est-il, comme l'avance Christine A. Varney, un nouveau Microsoft?

Non. Cette comparaison est une aberration intellectuelle. La position de Microsoft dans le logiciel était liée à un système de licence: lorsqu'un client achetait un ordinateur, il se retrouvait dès le départ avec les logiciels du géant de Seattle. Aujourd'hui, les internautes sont libres d'aller ou non sur le moteur de recherche de Google. De même, rien n'oblige les annonceurs d'acheter des mots-clefs publicitaires chez Google.

Pourquoi Christine A. Varney a-t-elle alors fait cette comparaison?

Selon moi, elle cherche à diaboliser Google -ce qui est bien vu en ce moment. Future attorney adjointe au département de la Justice, elle cherche aussi peut-être à faire pression sur la société de Mountain View. L'administration américaine tente en effet d'obtenir l'accès aux tonnes de données sur la navigation des internautes recueillies par Google grâce à son moteur de recherche. Dans le but de traquer les activités illicites en ligne, comme la pédophilie, par exemple. Mais Google a toujours refusé: il a peur de perdre la confiance de ses internautes, et donc de mettre en danger son activité, en acceptant.

Google est-il pour autant sans défaut?

Loin de là. Google est moins populaire qu'avant dans la Silicon Valley, où l'on n'aime pas les monopoles en règle générale. Et puis, le leitmotiv de Google a beau être "don't be evil" (ne soit pas méchant"), la firme de Mountain View détient tellement de données sur les internautes que beaucoup s'interrogent sur ses intentions. Quelle utilisation en fera-t-elle demain?

Qui pourrait porter plainte contre Google?

Tout le monde voudrait porter plainte contre Google! Surtout qu'aux Etats-Unis, on adore les procès. Mais Google est un trop gros poisson. Celui qui se mettrait à le poursuivre devrait être prêt à dépenser des centaines de millions de dollars. Sans garantie de résultat, car le dossier n'est pas défendable. Le seul argument à faire valoir –et c'est bien faible, c'est que le moteur de recherche détient un monopole de fait avec 80% de part de marché aux Etats-Unis. Mais c'est seulement parce que les concurrents sont mauvais.